Vers la résorption de la fracture numérique?

p1050189.JPGL’actualité électorale et la farce du raccordement ADSL « techniquement impossible » de Sainte-Eulalie de Cernon dans l’Aveyron, mais réalisé pour le passage du « ministre candidat » puis retiré après l’annulation de son déplacement, m’amène à revenir sur les solutions mises en oeuvre pour résoudre la fracture numérique.

Face à la réticence des opérateurs en milieu rural, à reconnaitre l’importance des zones blanches (ainsi France Télécom considère qu’une commune est couverte dès lors qu’un seul abonné de la commune est raccordable en ADSL, même si 90% de la commune ne l’est pas …) un certain nombre de collectivités locales ont pris le problème à bras le corps.
Les solutions choisies sont variées, la Manche a retenu le Wifimax permettant un débit de 5 fois le Wifi classique, le Haut Rhin le Wimax pour couvrir 90% de la population à 2 Mo, les choix de la Seine et Marne (60 millions d’euros pour déployer du Wimax, du Wi-Fi, du CPL et de la fibre optique) sont intéressants et bien illustrés par un petit diaporama du journal du net qui présente les différentes techniques retenues.
La région Bretagne a cédé sa licence Wimax à Rennes Métropole qui regroupe 37 communes et où résident un bon millier d’agriculteurs. Celle-ci a choisi d’utiliser les possibilités de la délégation de service public (la DSP consiste à faire établir et exploiter un réseau par un opérateur d’opérateur, conformément à la loi) en lançant un appel d’offre avec un objectif de 2 Mo pour tous et la réutilisation des infrastructures existantes des différents opérateurs. Après déploiement de la fibre optique entre les différentes installations existantes il suffira de 5 antennes Wimax pour couvrir toutes les zones blanches du territoire de Rennes Métropole. Les premiers utilisateurs devraient être desservis avant Juin 2008.

Auteur : christian

Doté d'une double compétence (ingénieur en agriculture et Haut Enseignement Télématique de France Télécom & Sup Elec), je suis le créateur des services télématiques des Chambres d'Agricultures GUILLAUME Tel et KERTEL Bretagne, du portail Web-Agri, de la société de marketing direct agricole HYLTEL, de Tic-Agri et de l'enquête Agrinautes.

Une réflexion sur « Vers la résorption de la fracture numérique? »

  1. Repris depuis Ariase à propos de l’offre de France Télécom en SDLS à 373 Euros par mois.

    Bonjour,

    J’habite Sainte-Eulalie de Cernon et c’est moi qui suis à l’origine de la lettre au Président Chirac.

    Cela fait plusieurs années que France Télécom nous répond qu’il est techniquement impossible de nous raccorder à l’ADSL.

    Aussi, lorsque l’on a appris qu’à l’occasion de la venue d’un Ministre, la connexion à l’ADSL allait être temporairement possible, on s’est sentis frustrés !!!

    Une lettre, un peu de tapage médiatique … et France Télécom vient de faire savoir à la commune que ce n’est pas de l’ADSL qui devait être installé mais du SDSL (une liaison symétrique) qui apporte du 2 Mégas, que l’ADSL c’est tout bonnement impossible.

    Je suis preneur de l’avis de techniciens.

    Par contre, France télécom a aussi informé la Mairie qu’il est possible pour une entrerprise d’obtenir ce type de connexion au prix de 377 € / mois !!!!

    On nous promet du haut débit grâce au wifi ou au wimax. Il y a un projet du conseil général et un projet de la région ! Concurrents, je présume…

    En résumé, on en a ras le bol des projets futurs sans cesse retardés, ou qui dorment au fond des cartons.

    Aménagement du territoire, zones de revitalisations rurales, …. du blabla ! Ce sont des actes que l’on veut !

    Thierry CADENET

Laisser un commentaire