De l’ADSL au Trés Haut Débit, vers une nouvelle fracture numérique dans les campagnes.

carte-ftth.png

La publication par le cabinet d’études TACTIS de la carte de France des zones couvertes par la fibre optique d’ici 2013 m’amène à revenir sur cette nouvelle fracture numérique dont risque de pâtir l’agriculture.

Le développement d’Internet dans sa première phase (RTC) ne soulevait pas de problème d’infrastructure puisqu’il reposait sur les paires de fil de cuivre existantes mis en place par notre opérateur historique national pour le téléphone. L’accélération des débits et la multiplication des applications utilisant notamment des caméras et des vidéos, nécessite la mise en place de nouvelles infrastructures, reposant sur la fibre optique (sauf nouvelle technologie à venir toujours possible).

Aujourd’hui parmi les agriculteurs utilisateurs d’internet, l’enquête Agrinautes 2006 (NTIC AGRI CONSEIL) nous révèle que 75% des agrinautes ont accès à l’ADSL, mais seulement 55 % d’entre eux ont un débit supérieur à 512 Ko. Visionner une vidéo avec un débit de 512 Ko seulement n’est pas des plus confortables … ne parlons pas de Web-Télévision. Ainsi 40% seulement de l’ensemble des agrinautes ont accès à un ADSL supérieur à 512 ko.

En RTC un certain nombre d’agriculteurs, débordés par les flots de spam, renoncent déjà à utiliser leur messagerie, il y a urgence à généraliser l’ADSL.
La carte de couverture ADSL fournie par France Télécom est établie sur le critère d’au moins un abonné raccordable dans la commune. Le fichier des communes ouvertes à l’ADSL est accessible par région en cliquant sur la carte.

La fracture numérique ne se mesure pas uniquement sur le débit mais également sur le prix. Aussi se pose le problème de la prise en charge de l’équipement des zones blanches (zones non rentables pour un opérateur privé) non seulement pour l’ADSL mais aussi pour l’accès au Très Haut Débit. Les agriculteurs ont certainement intérêt à s’en préoccuper dès maintenant et à mobiliser tous les acteurs des territoires ruraux pour poser le problème dans sa globalité.

Déjà l’IDATE dénombre, en France, une soixantaine de délégations de service public en Très Haut Débit. La collectivité prenant à sa charge une partie de l’infrastructure, avant d’en confier la commercialisation à un opérateur privé, mais ces initiatives ne concernent que très rarement le territoire rural, seuls 2 départements seraient concernés dans leur totalité : la Seine-et-Marne et le Rhône.

Pour illustrer le besoin de haut débit je vous signale les nouvelles vidéos mises en ligne par Web-agri à l’occasion d’Eurogénétique. portant sur deux robots de traite (VMS de Delaval et Titan de RMS) ainsi que quelques présentations du concours.

La Baladodiffusion (podcast) fait son apparition dans l’édition agricole.

casque_radio.jpg

Jusqu’ici l’offre d’émissions ou de reportages agricoles en langue française disponible pour être téléchargés sur un baladeur était très limitée.

Depuis quelques jours, Le Mag Cultures offre non seulement la possibilité d’écouter en ligne ses articles, mais surtout de les télécharger sur son baladeur Mp3 pour les écouter tout en vacant à ses occupations.

L’offre Podcast du Mag Cultures est abondante, les 27 enregistrements différents, disponibles aujourd’hui, représentent plus de 2 heures d’écoute. Ainsi, en période de chantiers, si vous n’avez pas le temps de lire les interviews de Ségolène Royal et de François Bayrou du dernier numéro, vous pouvez les écouter tranquillement dans le tracteur ou en voiture (si vous bénéficiez d’une entrée audio sur votre véhicule). Vous pouvez même vous constituer une liste de lecture alternant musique et articles lus comme dans une émission de radio.

Tracteur Podcast

Radio BFM propose toutes les semaines « in Vino BFM : la première émission dédiée à l’univers du vin et des vignobles ».

France Culture propose en podcast son émission hebdomadaire Terre à terre de Ruth Stégassy , un magazine sur l’environnement où l’agriculture est très présente et qui permet une confrontation d’opinions sur notre secteur.

Radio Canada diffuse une émission hebdomadaire, » La semaine verte : Alimentation, agriculture, environnement … c’est tout ça, mais c’est aussi une fenêtre sur le monde rural d’aujourd’hui »

Comme pour le Mag Cultures vous pouvez vous abonner au flux Rss, et l’intégrer dans votre page d’accueil personnalisée (Google Reader, netvibes, iTunes, …). A noter que la semaine verte est également diffusée en vidéo.

Parmi les émissions agricoles en Anglais présentes sur le web, j’ai trouvé des bulletins de coopératives, d’universités, des analyses des marchés, des conseils de gestion, le service de statistiques de USDA (ministère de l’agriculture américain), …

Pour élargir le choix des vidéos en ligne, je vous signale :

– une offre de 27 petits films de présentation des formations agricoles et du métier d’agriculteur.

le blog d’un agriculteur picard entre Moreuil et Roye, qui comporte des vidéos de ses chantiers notamment betteraves et pommes de terre.

Les puces RFID envahisent la Ferme du Sart.

Ferme du Sart Big

Déjà connue pour son labyrinthe de maïs (3,5 km de sentiers entre des maïs de 2 métres, parcourus par 15 000 personne pendant l’été 2006) la Ferme du Sart a ouvert depuis 6 mois 200 m2 de libre service, sans caisse ou les achats et les transactions se font avec puces RFID et Internet.
Cette « ferme urbaine » alliant commerce et productions maraîchères ou horticoles sur 15 ha à Villeneuve d’Ascq dans l’agglomération lilloise, veut être un véritable trait d’union entre le monde rural et le monde urbain.

8 personnes issues du monde agricole ont récupéré cette exploitation il y a 3 ans. La ferme comporte 4600 m2 de serres d’où sortent 10 à 15% des ventes du magasin. Le reste vient de producteurs de la région.

L’originalité du magasin tient avant tout à son concept sans caisse.

Le client qui s’est inscrit au préalable avec e-mail et carte bancaire, s’identifie à l’entrée avec sa carte bancaire et passe à son poignet un bracelet muni d’une puce RFID. A chaque achat le client présente son bracelet devant un lecteur qui enregistre le produit correspondant. A la sortie un lecteur affiche le récapitulatif des achats, pour bien vérifier le contenu de son panier puis le client valide la somme sur une deuxième borne qui débite la carte bancaire, et désactive la puce RFID du bracelet. Un e-mail comportant l’équivalent du classique ticket de caisse est envoyé simultanément.

Chez lui le client a la possibilité, à partir de ce mel, de donner une note aux produits qu’il a achetés, permettant à la Ferme du Sart de mettre en oeuvre immédiatement le fameux slogan « satisfait ou remboursé » et surtout d’avoir un suivi permanent de la satisfaction client, produit par produit.

Deux vidéos en ligne de reportages diffusés lors des journaux télévisés des grands chaînes permettent de se faire une idée plus précise du concept de La Ferme du Sart.

Cet été le magasin test sera remplacé par une grande surface de 1500 m2, sans caisse, tout en lecture directe RFID.

Mathieu Leclercq, le concepteur du système, s’est orienté vers les logiciels libres et a fait appel à une société de services informatiques pour l’intégration de Tiny ERP   (gestion de production, des stocks, des fournisseurs, des ventes, des achats, de la relation client, de la comptabilité analytique et financière, des ressources humaines et de la gestion de projet.)
Bravo à toute l’équipe de la Ferme du Sart pour cette mise en oeuvre « high tech » et à leur communication innovante, qui fait du bien à l’image de l’agriculture.

PS A la liste des vidéos en ligne qui sont apparues ces derniers temps (voir billet précédent) je rajoute Arvalis : 34 vidéos tirées des différents colloques (Biomasse, charges de mécanisation, irrigation et pommes de terre, orge brassicole et Blé dur)

La Vidéo agricole fait une entrée remarquée sur le net.

Un clip internet primé par le SYRPA, des vidéos machinisme du SIMA en ligne, des reportages au SIA de la porte de Versailles, une mise en vidéo de matériel à vendre sur l’exploitation, … un nouveau monde d’images se profile sur le net agricole. Il préfigure de nouveaux services à venir qui utiliseront du haut débit. Il est grand temps que toutes les exploitations soient connectables en ADSL, alors que déjà le « Très Haut Débit » commence à s’installer dans les coeurs de villes. Désolé pour ceux qui sont encore en RTC mais pratiquement tous les liens qui suivent conduisent à des vidéos.
Des artistes s’emparent du monde agricole au festival AgriCinéma du SYRPA qui a remis son prix « Talents en herbe » aux élèves de terminale du lycée Thère, dans la Manche pour leur clip chanson « Deux peuples à casquettes »

Ce clip a été déjà vu par 4000 personnes en quelques jours; il participe à renouveler l’image passéiste qui colle à la peau des agriculteurs (pour ne pas dire « Bouseux » terme que j’ai encore vu dans un blog très fréquenté cette semaine). Bravo à Stéphanie Jouet leur enseignante et à toute la classe.

« Basket et salopettes
Nous, on s’est mis au vert
Pas besoin de Karcher
On n’est pas sur la paille
Quand on a du bétail
Pour élever des petits veaux
On n’est pas des blaireaux. »

D’une manière générale le palmarès du SYRPA, de cette année marque à mon avis un virage dans la communication agricole. Elle sort de son ghetto et rejoint dans sa forme et sur le fond la communication grand public.Dans le même temps, les salons sont l’occasion de mettre en ligne pour la première fois de nombreuses vidéos professionnelles.Ainsi au SIMA Terre-net a réalisé une dizaine de clips commerciaux diffusés sur son site via Dailymotion.

COMEXPO propose des reportages quotidiens sur le Salon de la porte de Versailles diffusés également sur Dailymotion.

Des exploitants précurseurs tournent déjà des vidéos de leur matériel à vendre comme ce tracteur Belarus 1986, préfigurant ainsi un nouveau marché de petites annonces.