Les puces RFID envahisent la Ferme du Sart.

Ferme du Sart Big

Déjà connue pour son labyrinthe de maïs (3,5 km de sentiers entre des maïs de 2 métres, parcourus par 15 000 personne pendant l’été 2006) la Ferme du Sart a ouvert depuis 6 mois 200 m2 de libre service, sans caisse ou les achats et les transactions se font avec puces RFID et Internet.
Cette « ferme urbaine » alliant commerce et productions maraîchères ou horticoles sur 15 ha à Villeneuve d’Ascq dans l’agglomération lilloise, veut être un véritable trait d’union entre le monde rural et le monde urbain.

8 personnes issues du monde agricole ont récupéré cette exploitation il y a 3 ans. La ferme comporte 4600 m2 de serres d’où sortent 10 à 15% des ventes du magasin. Le reste vient de producteurs de la région.

L’originalité du magasin tient avant tout à son concept sans caisse.

Le client qui s’est inscrit au préalable avec e-mail et carte bancaire, s’identifie à l’entrée avec sa carte bancaire et passe à son poignet un bracelet muni d’une puce RFID. A chaque achat le client présente son bracelet devant un lecteur qui enregistre le produit correspondant. A la sortie un lecteur affiche le récapitulatif des achats, pour bien vérifier le contenu de son panier puis le client valide la somme sur une deuxième borne qui débite la carte bancaire, et désactive la puce RFID du bracelet. Un e-mail comportant l’équivalent du classique ticket de caisse est envoyé simultanément.

Chez lui le client a la possibilité, à partir de ce mel, de donner une note aux produits qu’il a achetés, permettant à la Ferme du Sart de mettre en oeuvre immédiatement le fameux slogan « satisfait ou remboursé » et surtout d’avoir un suivi permanent de la satisfaction client, produit par produit.

Deux vidéos en ligne de reportages diffusés lors des journaux télévisés des grands chaînes permettent de se faire une idée plus précise du concept de La Ferme du Sart.

Cet été le magasin test sera remplacé par une grande surface de 1500 m2, sans caisse, tout en lecture directe RFID.

Mathieu Leclercq, le concepteur du système, s’est orienté vers les logiciels libres et a fait appel à une société de services informatiques pour l’intégration de Tiny ERP   (gestion de production, des stocks, des fournisseurs, des ventes, des achats, de la relation client, de la comptabilité analytique et financière, des ressources humaines et de la gestion de projet.)
Bravo à toute l’équipe de la Ferme du Sart pour cette mise en oeuvre « high tech » et à leur communication innovante, qui fait du bien à l’image de l’agriculture.

PS A la liste des vidéos en ligne qui sont apparues ces derniers temps (voir billet précédent) je rajoute Arvalis : 34 vidéos tirées des différents colloques (Biomasse, charges de mécanisation, irrigation et pommes de terre, orge brassicole et Blé dur)