Une coopérative de télécommunications en Bretagne pour anticiper la fracture numérique à Plévin?

Plevin Google Maps
Une question arrivée sur le Blog de Jean-Michel Billault (fondateur de l’Atelier de BNP-Paribas ) illustre parfaitement la deuxième fracture numérique.
« Est-ce que les habitants peuvent aider à développer un réseau de fibres
optiques sur une commune (Plévin 22340 ) de 800 habitants en plein essor ?
comment faire bouger les choses ?
demande « internenet »
un habitant de Plévin.
il y a des jeunes encore dans les campagnes ! El Biarnès ! Plévin en est un exemple concret ! la population rajeunit d’années en années! Après tout dépend de ce que vous entendez par jeunes! mais il n’y a pas que les jeunes a utiliser internet ! les exploitations agricoles aussi ! les entreprises etc ! Dire que la campagne parce que c’est la campagne ne mérite pas les mêmes services qu’en ville est une vision bien étroite.
La fibre optique permettrait vraiment de sortir les campagnards de leur solitude !la vie a la campagne n’est pas forcement volontaire! il faut arrêter de croire que tous les ruraux sont des urbains venus s’installer là… cette façon de penser que la campagne n’a pas le droit aux mêmes choses qu’en ville me révolte… et puis ceux des villes qui viennent s’installer seraient bien contents de trouver de la fibre optique plutôt que pas de haut débit du tout! oui je veux de la fibre, mais là en l’occurrence, je ne demande rien a personne ni a l’état ni aux fai ! la coop est une très bonne idée a creuser ! »

Jean-Michel Billault (retraité à très haut débit) propose de s’inspirer de la coopérative de télécommunication de Nuenen (en Hollande près d’Eindhoven) Close the gap qui a permis pour 800 Euro de participation par adhérent de financer un réseau local en fibre optique auquel a adhéré 75% de la population. La coopérative est propriétaire du réseau, que l’opérateur historique local a proposé de racheter …
L’initiateur de ce projet Kees Rovers, (que j’avais eu le plaisir de recevoir à Caen pour Guillaume Tel en 1985) vient de faire une présentation très remarquée lors d’un colloque consacré au Très Haut Débit « Fibre optique : interrogation et usages » au Sénat. Y avait-il des responsables professionnels agricoles à ce colloque ?

L’Idate viens de présenter une étude  » La fibre optique jusqu’à l’habitant à la conquête de l’Europe » qui met en évidence l’avance des pays du nord de l’Europe (4 pays, plus l’Italie, concentrent 96 % des raccordements FTTH de l’Europe).

Des robots gardiens de vaches … oui et ça marche.

image-9.png

On connaissait le caractère innovateur de la société Lely avec son robot de traite (l’astronaut dès 1992) ou son robot racleur de lisier, la société Hollandaise se signale à nouveau avec ses robots Voyager qui gèrent automatiquement le pâturage, « des bergers automatiques  » en quelque sorte.
Lely Voyager en duo
Le principe est simple : deux robots autonomes font progresser une clôture électrique qui limite l’avancement des bêtes dans le pâturage. Les robots avancent en fonction des horaires et des surfaces que l’éleveur décide d’allouer à ses bêtes. Le système calcule lui-même sa vitesse d’avancement. A l’heure donnée, il est même capable de faire marche arrière pour reconduire les animaux vers la sortie du champ.

Le robot se compose de moteurs électriques qui actionnent les deux roues gauches et droites. La fourniture d’énergie pour ces moteurs et la clôture électrique (jusqu’à 200 mètres) est assurée par un panneau solaire sur chaque engin. Des sondes surveillent l’angle et la vitesse de la barrière. Une bobine avec tendeur sur l’un maintient le fil tendu et informe les robots à tout moment pour permettre aux deux unités de se déplacer de manière synchronisée.
Les deux « gardiens automatiques » communiquent entre eux par l’intermédiaire d’un raccordement sans fil Bluetooth.

Sur son site hollandais Lely propose une vidéo (en anglais) qui vante les mérites du système. Lely annonce un gain de qualité et de régularité du pâturage qui générent une amélioration de la production laitière de plusieurs dizaines de litres par vache pour un investissement de … 15 000 € en série limitée aujourd’hui.

Il est intéressant de comparer le site français à son homologue hollandais : images hautes définition, vidéo (absentes sur le site français) … les Hollandais ont une longueur d’avance, le haut débit est largement utilisé.

Télépac 2007 … vers les 60 000 déclarations en ligne ? Votre assistant personnel rechargé au sucre ?

Agri cantal ordi

Depuis 2005 il était possible de consulter ses DPU (droits à paiement unique) et télé-déclarer son dossier PAC, sur le site Télépac. S’y ajoute cette année les demandes d’ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel) et de PMTVA (prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes) en ligne jusqu’au 15 mai. Plus de 2 700 télé-déclarations de PMTVA ont déjà été remplies. Elle est simple (la phase la plus longue est la création du compte lors de la première déclaration uniquement) et ne nécessite pas d’avoir du haut débit contrairement au dossier PAC pour lequel l’ADSL est fortement conseillé (la cartographie est volumineuse). A noter que le N° Siret de l’exploitation est bien utilisé comme identifiant de l’exploitation.

La déclaration PMTVA en ligne, étant assistée, est plus simple que sur le papier et comporte quelques services en plus.

Plus de 6,3% des déclarations Télépac 2006 ont été transmises de façon dématérialisée, contre 1,8% en 2005. Dans plusieurs départements, le taux de télé-déclarations a été particulièrement élevé : 24% dans le Morbihan, 32% dans la Nièvre, et 63% dans le Lot (pour certains par l’intermédiaire des organismes)

L’administration a annoncé qu’une attention particulière serait portée au secteur de l’agriculture biologique par la mise en œuvre, à titre expérimental en 2007, d’une télé-procédure de notification à l’Agence Bio et de la simplification des documents pour l’identification des ovins et des caprins en agriculture biologique. Il n’y aura donc plus de formulaire papier à adresser à l’agence Bio comme actuellement.

Le dossier unique va permettre la fourniture à l’administration d’un document ou d’une information nécessaire à l’instruction des différents dossiers afin d’alléger les démarches des usagers. Les pièces nécessaires ne seront communiquées qu’une seule fois par les usagers, elles seront stockées dans une base de données nationale.
Une première étape concernera le plan végétal pour l’environnement et le plan de modernisation des bâtiments d’élevage. A terme, les dispositions retenues ont vocation à concerner l’ensemble des démarches des agriculteurs.

Une batterie fonctionnant au sucre ?

Batterie au sucre

Des chercheurs américains de l’université de Saint-Louis, dans le Missouri, travaillent actuellement à l’élaboration d’une batterie qui fonctionnerait avec du sucre. Ces recherches sont financées par le département américain de la Défense et présentent déjà des résultats très encourageants. Le principe repose sur l’utilisation d’enzymes qui convertissent le sucre en électricité. Selon eux, le meilleur rendement serait obtenu simplement en mélangeant du sucre en poudre et de l’eau. L’autonomie serait de 3 à 4 fois plus grande que celle d’une batterie au lithium-ion.

La batterie devrait être commercialisée d’ici 3 à 5 ans. L’agriculture y trouvera-telle de nouveaux débouchés ?