Géoportail accessible en 3D sur PC met en évidence la disparition continue de terres agricoles au profit de l’urbanisme.

géoportail falaisesgéoportail

Cet accès au Géoportail 3D est actuellement réservé aux systèmes d’exploitation de type Windows. Une version Macintosh et Linux sera disponible courant janvier 2008. Une liaison ADSL, même mini à 512 Ko est nécessaire.

La visualisation 3D nécessite l’utilisation du logiciel TerraExplorer, disponible en téléchargement gratuit.

Ce passage attendu de la 2D à la 3D s’effectue progressivement « dès à présent, vous pouvez passer de la 2D à la 2D ½ avec les paysages en relief en cliquant en haut et à gauche de son écran sur les onglets « 2D ». Progressivement, les bâtiments prendront du volume à leur tour dans les zones urbaines. A terme, la 2D ½ s’effacera au profit de la 3D dans sa forme achevée »

Géoportail annonce l’intégration à terme d’une carto 3D du littoral comprenant à la fois la bande côtière terrestre et son prolongement marin immédiat.

Un plus certain, une autre vision qui nous paraitra ordinaire comme l’est aujourd’hui la couleur sur notre ordinateur.

Patrick Leboeuf, coordinateur du projet, estime que Géoportail est en outre un outil d’aménagement du territoire et permet de prendre conscience du modèle d’urbanisation pavillonnaire que la France a choisi depuis 50 ans.

« Tous les ans, pour faire ce type d’habitat, l’urbanisation a mangé 550 kilomètres carrés en moyenne. Ce n’est pas rien. Tous les dix ans, on a urbanisé l’équivalent d’un département français avec des petites maisons individuelles. Quand vous êtes au niveau du sol, vous ne le voyez pas, vous ne pouvez pas en avoir conscience. »

Au moment au chacun commence à réaliser que les terres cultivables sont limitées, qu’Agrocarburants et denrées alimentaires se disputent le même sol, espérons que Géoportail permettra de faire prendre conscience qu’il faut limiter l’extension des villes et donc densifier les zones urbaines actuelles.

Pour l’agriculture, au delà de cet aspect, et d’une vision très ludique des exploitations, des territoires, il semblerait intéressant que les parcellaires puissent être intégrées.

Enfin ne pas oublier que Géoportail est Franco-français et donc limité à la France alors que Google Earth est mondial et offre également la 3D mais sur certains bâtiments seulement.

Le robot horticole Danois « HortiBot » présenté au concours « robots des champs 2007 » remporté par des étudiants Allemands avec « Hélios ».

Hortibot

Dix robots étaient en compétition au dernier concours des « robots des champs » qui se déroulait aux Pays-Bas cette année. Comme l’année dernière pas un seul Français mais quatre Allemands, trois Hollandais, un Finlandais, un Danois et un Japonais. (En 2006 des Chiliens, des Canadiens et des Malaisiens s’y étaient joints).

Hors compétition les Danois ont présenté Hortibot, une sorte d’araignée porte-outils, mobile dans toutes les directions. La vidéo de la démonstration est assez intéressante. Pour le moment il s’agit d’un robot destiné au sarclage des légumes. Le projet est coordonné par l’Université Aarhus (l’Institut de Génie agricole, Centre de Recherche Bygholm) en partenariat avec Agrocom Vision et Inge-Marienlund qui est le plus grand producteur au Danemark de laitue, chou et oignons bio sur 170 ha.

Les évolutions prochaines d’Hortibot devraient permettre le fauchage automatique d’herbe basé sur la navigation de RTK GPS, et sur un système laser et de vision d’ECO-DAN 3D.

Hortibot est-il le précurseur du robot qui d’ici 15 ans raflera les deux tiers du marché comme son compatriote Astronaut dans les salles de traite européennes ?

Pour leur deuxième participation les étudiants de FREDT ont remporté la compétition avec Hélios. A noter que ce projet est notamment soutenu par Claas.

helios.png

Nouveaux flux RSS disponibles gratuitement pour le monde agricole.

Rss Agri Netvibes CG

Terre-net vient d’ajouter six flux RSS d’actualités agricoles (machinisme, cours et marchés, élevage, cultures, viticultures et actualités) aux cotés de ceux des principaux portails agricoles qui sont diffusés depuis quelque temps.

Le blog d’Agrimail rssagricole recense une quarantaine de flux agricoles, auxquels viendront vraisemblablement s’ajouter la presse agricole départementale comme l’Agriculteur Normand

Vous pouvez ainsi vous constituer une page avec les titres des dernières informations de vos sites préférés, certains ajoutent une illustration (Le Mag, le Monde, …) et un flux en podcast (Le-mag) comme sur la copie d’écran ci-dessus avec Netvibes. Vous pouvez vous laissez guider par les-infos-du- net pour réaliser votre service avec Netvibes.

Les robots de traite en mouvement en Europe : Westfalia reprend la licence et le parc RMS pendant que Lely allonge les délais de livraison.

Robot TITAN PunchTechnix, la maison mère hollandaise, de RMS vient de vendre à WestfaliaSurge une licence mondiale sur la technologie du robot de traite de Technix. PunchTechnix conserve la propriété des brevets d’invention concernés. WestfaliaSurge a l’intention de reprendre la totalité de la base installée des robots de traite RMS (80 robots Prolion et TITAN, soit environ 200 boxes en France, et 350 robots en Europe soit 900 boxes). WestfaliaSurge intègrera donc la plus grande partie des ventes et la division RMS dans son organisation propre pour assurer la continuité du service clients. Le nouveau robot multi-stalles Titan avait fait une entrée remarquée sur marché en décembre 2005 et RMS PunchTechnix annonçait une centaine de stalles 6 mois plus tard. Reste à espérer que la transition se déroule sans problème pour certains éleveurs qui avaient déjà connu AMS ou (et) Gascoigne Melotte.

De son coté LELY (Hollandais lui aussi) le pionnier des robots de traite (l’Astronaut dès 1992) allonge progressivement ses délais de livraison de l’Astronaut A3 (10 mois aujourd’hui) pour faire face à la demande qui aurait doublée en un an.

LELY qui représente environ 70% du marché avec 5 000 robots en Europe, dont 650 en France (La Hollande et le Danemark ont chacun un parc plus important) doit faire face à une accélération de la demande partout en Europe (mise à part l’Allemagne ou les éleveurs attendent des décisions sur les subventions).

En Hollande plus de 10% des vaches sont déjà traites par des robots contre à peine 2% en France.

La taille des robots s’accroit également. Le TITAN d’ il y a un an, avec 5 stalles fait figure de petit frère par rapport aux projets à 10 stalles qui apparaissent en Europe de l’Est. Dans l’Ouest de la France on parle de plusieurs projets à 7 ou 8 stalles avec regroupement de troupeaux en SCL.

Delaval deuxième base installée avec environ 1 500 robots en Europe dont 200 en France, propose sur son site canadien un choix intéressant de vidéos en ligne sur la traite automatisée (en Anglais) dont une sur son robot VMS

Pour terminer, je vous propose ces liens sur des élevage avec robots : à la Ferme de la prêle à Brissac-Quincé en Loire-Aubance dans le Maine & Loire, ou GAEC de QUINCIEU à PANOSSAS dans l’Isére.