ANELA : Les éditeurs de logiciels agricoles privés s’associent pour peser vis à vis des institutionnels.

Geosys logoi3s LogoIsagri logoKerhis logoNeotic logo2Prestilem logoSoneo logoVitarea logo

Dix éditeurs privés de logiciels agricoles (Agri-intrant, Apival, Géosys, I3S, Isagri, Kerhis, Neotic, Prestilem, Soneo et Vitarea) dépassent leurs différences et annoncent la création de l’ANELA : Association Nationale des Editeurs de Logiciels Agricoles.

Les 10 éditeurs annoncent représenter environ 90% des exploitations utilisatrices de logiciels agricoles et s’engagent autour d’objectifs communs : Normalisation, propriété des données, pérennité de l’information, liberté de choix et respect des règles concurrentielles.

Le bureau de l’Anela est constitué de Vincent Leman de Prestilem (président), Pascal Chevalier d’Isagri (vice président) et Benoit Dreux de Sonéo (trésorier).

Il semble que l’élément déclencheur de cette association entre concurrents soit la présentation des travaux du GIEA et de la Base Sol le 20 décembre dernier, au Ministère de l’Agriculture ; depuis, la commercialisation de « mesp@rcelles » services en ligne des chambres d’agriculture a ravivé la crainte du privé de ne pas être à armes égales pour l’accès aux données et donc à leur valorisation.

Les mêmes problèmes existent depuis longtemps pour les données d’élevage, la centralisation et le stockage des données de l’éleveur se fait dans les ARSOE, et l’agriculteur n’ayant pas la maitrise technique de ses données ne peut les transmettre à sa guise à ses interlocuteurs privés.

La création de cette association devrait permettre d’avancer rapidement vers la réalisation de la demande de tout agriculteur : n’avoir à saisir ses informations qu’une seule fois et pouvoir les transmettre librement et simplement à qui bon lui semble.

Auteur : christian

Doté d'une double compétence (ingénieur en agriculture et Haut Enseignement Télématique de France Télécom & Sup Elec), je suis le créateur des services télématiques des Chambres d'Agricultures GUILLAUME Tel et KERTEL Bretagne, du portail Web-Agri, de la société de marketing direct agricole HYLTEL, de Tic-Agri et de l'enquête Agrinautes.

3 réflexions sur « ANELA : Les éditeurs de logiciels agricoles privés s’associent pour peser vis à vis des institutionnels. »

  1. Les vertus de la concurrence ont leurs limites sur un marché qui n’est pas en expansion et même qui se réduit très vite. Quel est le public potentiellement utilisateur des nouvelles technologies de l’information et de la communication en agriculture ? Quelques centaines de milliers (2 ou 300). La concurrence en augmentant considérablement les coûts de communication et d’approche renchérit alors fortement le prix des services sans que ceux-ci puissent se répartir sur un marché en expansion.

    La question est alors davantage celle de l’optimisation des coûts et de l’amortissement des investissements logiciels et serveurs sur le plus grand nombre possible d’utilisateurs. C’est la force d’Agranet et d’Agrael en Bretagne qui rassemble tous les partenaires des éleveurs de bovins autour du même projet : mieux servir les éleveurs avec les technologies d’aujourd’hui.

    Il n’en reste pas moins que les données des éleveurs restent leur propriété. Ils peuvent y avoir accès aussi souvent qu’ils le souhaitent moyennant le paiement des coûts liés à leur mise à disposition sous forme numérique.

  2. Je réponds à votre affirmation malgré votre anonymat et votre intention de vengeance masquée …
    Bien sur que le leader européen de l’informatique agricole est déterminant dans cette association, mais ISAGRI n’a pas tout racheté et Agri-intrant, Apival, Géosys, I3S, Neotic et Prestilem ne font pas partis du groupe IsagrI.

Laisser un commentaire