Du nouveau dans les laboratoires d’analyse de lait : arrivée d’un privé « Lacteus » et création d’une base de données commune « Infolabo ».

Lacteus

Ces deux informations annoncées simultanément au Space, présument-elles une évolution importante du service rendu à l’éleveur ?

Pour la première fois en France des entrepreneurs privés lancent un laboratoire d’analyse de lait : Lacteus. Ce laboratoire situé à Saint Brice en Cogles au cœur du 1er bassin laitier français (l’Ille & Vilaine et la Manche les deux premiers départements producteurs de lait) sera opérationnel en janvier prochain.
La principale innovation de Lacteus tient dans la participation de l’éleveur et dans l’organisation de la logistique. L’éleveur réalise lui-même ses prélèvements de lait et les expédie (dans un conditionnement fourni par Lacteus) au laboratoire, générant ainsi des économies non négligeables par rapport à la méthode actuelle du contrôle laitier (pas de peseur à rémunérer et frais de déplacements limités à la remise en poste).

Pour la prise d’échantillon, l’éleveur doit être équipé de compteur ou de
tru-test s’il veut peser la quantité de lait.

L’éleveur reçoit ses résultats sous 48 heures après réception des prélèvements par mail (ou par la poste si l’éleveur n’utilise pas Internet ).

Cette innovation me rappelle celle de Cobiporc qui lança à la fin des années 80 son service d’insémination artificielle porcine, en donnant aux éleveurs les moyens d’inséminer eux même les animaux. Il mit pour cela, en place une logistique spécifique (conditionnement et transport) sous l’œil sceptique de bon nombre d’acteurs de l’élevage de l’Ouest (le système fonctionnait déjà en Hollande) . Mais le succès fut au rendez-vous.

L’autre aspect très intéressant du lancement de Lacteus réside dans la nature du retour des données. L’éleveur reçoit un fichier avec toutes les données des analyses, qu’il peut transmettre à qui il veut pour un conseil ou un service. Il possède ses données et n’est pas obligé de demander à l’organisme qui les détient de passer un protocole avec untel ou untel. Il est considéré comme responsable.
Toute autre est la démarche du CNIEL qui vient d’annoncer la mise en place d’Infolabo

Ce service est avant tout destiné aux industriels laitiers (coop ou laiteries privées) qui bénéficieront d’une base de données leur permettant de collecter sous une forme normalisée, l’ensemble des analyses de lait de leurs producteurs quel que soit le laboratoire.

Du coté des éleveurs qui bénéficient déjà des services d’accès aux résultats d’analyses de lait (Agranet, Synel, …) Infolabo ne devrait pas apporter beaucoup de nouveauté mis à part la possibilité de télécharger l’ensemble de leur données et de nouvelles fonctions d’alertes à venir.

Auteur : christian

Doté d'une double compétence (ingénieur en agriculture et Haut Enseignement Télématique de France Télécom & Sup Elec), je suis le créateur des services télématiques des Chambres d'Agricultures GUILLAUME Tel et KERTEL Bretagne, du portail Web-Agri, de la société de marketing direct agricole HYLTEL, de Tic-Agri et de l'enquête Agrinautes.

3 réflexions sur « Du nouveau dans les laboratoires d’analyse de lait : arrivée d’un privé « Lacteus » et création d’une base de données commune « Infolabo ». »

  1. On demande des diplomes aux agriculteurs pour s’installer et apres on les traite de
    n…… mais de
    payeur pour la compta, pour la zoo, pour la phyto et comme ils sont n……. on les contrôle car ce sont de gait des fraudeurs. Alors pourquoi des diplomes ?

    C’est tres difficile de s’affranchir mais je suis tres contente d’être chez Lactéus depuis trois ans car j’ai repris les « rennes » mais je trouve affligeant que ce controle ne peut pas être utilisable pour contester les résultats de la profession a croire qu’ils sont faux….

  2. pour la qualité je vois pas pourquoi il faut être méfiant l’inter profession fait bien pire et tout le monde cautionne des résultat d’analyse bizarre d’ailleurs les industiels non coopératives ils ont leur propre labo et le paiement est tres différent des coopératives

Laisser un commentaire