Agro-VIGIE, Diagherbi, …, les firmes phyto développent de nouveaux services en accès libre sur leurs sites.

logo-bayer1logo-syngenta

A côté du développement des Extranets des distributeurs (coopératives ou négoces), les firmes phyto mettent progressivement en place des services interactifs d’aide à la décision accessibles directement sur leurs sites ou sur les Extranets.

Syngenta avait débuté l’an dernier une première application d’optimisation des plages d’épandage des traitements détaillée en fonction de la météo : Agro-météo , puis ouvert au printemps un premier service de suivie des infestations d’insectes : Agro-Vigie pour les pucerons sur blé.

Bayer vient de lancer Diagherbi un outil d’aide à la décision en ligne, pour gérer les herbicides céréales et détecter les risques éventuels de résistance.

D’autres firmes phyto et certains semenciers ne devraient pas tarder à lancer de nouveaux services d’aide à la décision.

Auteur : christian

Doté d'une double compétence (ingénieur en agriculture et Haut Enseignement Télématique de France Télécom & Sup Elec), je suis le créateur des services télématiques des Chambres d'Agricultures GUILLAUME Tel et KERTEL Bretagne, du portail Web-Agri, de la société de marketing direct agricole HYLTEL, de Tic-Agri et de l'enquête Agrinautes.

3 réflexions sur « Agro-VIGIE, Diagherbi, …, les firmes phyto développent de nouveaux services en accès libre sur leurs sites. »

  1. dommage que pour diagherbi il faille un code fourni pas un fournisseur (coop ou autre) :j’aime pas trop ces méthodes .

  2. En faisant suivant sur le premier écran et en saisissant un nom de parcelle vous accédez à la partie détermination du niveau de risque. Par contre le plan d’action est effectivement lié à un code fournisseur et je suis d’accord avec vous c’est dommage. Actuellement les firmes veulent rendre des services mais ne veulent pas se mettre la distribution à dos … la concurrence avec les chambres les instituts techniques fera peut-être évoluer les pratiques.

  3. oui j’avais vus ;ça illustre bien le probléme de l’indépendance entre le conseil et la vente ….mais c’est un autre débat.

Laisser un commentaire