Arrivée des constructeurs de machines à traire (et robots) sur le marché des logiciels de gestion de troupeau.

la-vache-et-lordinateur

Mes résultats sont-ils bons ?

L’élément nouveau du Space de cette année réside dans l’arrivée des constructeurs sur le marché des logiciels de suivi et gestion de troupeau sur le terrain des éditeurs spécialisés (controles laitiers, Isagri, …).

Ainsi Boumatic lance un logiciel de suivi de troupeau, Smartdairy, simultanément en Europe et aux USA.

PackoFullwood présente un “minilab” analyseur de lait (TB, TP, Cellules, lactose, sang, …) avec logiciel de suivi.

Lely propose une gestion de la distribution des concentrés à la vache, en fonction du coût de l’aliment, du prix du lait et de la réponse de la vache… au kg de concentré supplémentaire. Les éleveurs ont également accès à une comparaison en ligne avec les autres éleveurs utilisant le même système.

Dairy master, CTA milk, Cow house, Smart Dairy, Fullwood, Agricow, Farm Technologies … et pourtant nous sommes au hall 11 du Space 2009 à Rennes. La France doit compter environ 2000 robots.

Vache au balcon

Les principales marques de machines à traire du marché français ont disparu en quelques années, absorbées par des sociétés étrangères. Il ne reste ni fabrication*, ni bureau d’études en France. Les principaux acteurs sont européens : Lely, Delaval (absent du Space), Fullwood, …) ou américains (Boumatic, …) .

Le développement des robots de traite continue et le territoire français doit compter 2 000 robots environ (2 500 stalles) avec une grande majorité de Lely. Si les délais de livraison se sont réduit et les commandes en stand by pour cause de non lisibilité sur le marché du lait, les projets sont toujours là.

*A noter que GEA prévoit de transférer une partie de sa fabrication d’Allemagne à Dijon.

FairMilkTV, une webTV qui met le direct à la portée de tous les grévistes du lait.

fairmylktv

Les grévistes du lait se sont dotés d’un outil innovant sur Internet fairmilktv.com. Avec une simple webcam, un PC et une liaison ADSL les animateurs de la grève retransmettent en direct les réunions, discussions et interventions des uns et des autres.

La production est complètement décentralisée, la télé est à la disposition de tous les acteurs du mouvement. Bien sûr la qualité n’est pas celle des professionnels de la production audiovisuelle, mais c’est du direct, du vécu et l’impact est certainement là. En moins d’un mois le site dépasse les 30 000 visites.

Une sélection des meilleurs moments d’infos passe en arrière fond en attente de directs. Les horaires des informations en direct sont communiquées par mail ou sur le site apli-nationale.org. Tous les soirs à 20 heures la chaîne diffuse une conférence de presse.

Autre aspect nouveau : le site est composé de trois flux, Français, Belge et Allemand. Cette approche est complètement différente de la traduction d’un site en plusieurs langues. Ici nous sommes dans le « Web 2.0 » l’information n’est pas descendante, mais collaborative.

Ce site a été réalisé par un agriculteur Jean Luc Picourlat, connu pour ses applications développées avec SOFTIVERT, en utilisant le site de streaming Justin.tv.

Il commercialise également ce service pour des colloque, réunions, … pour un budget de l’ordre de 500 € pour une manifestation.

24 000 dossiers TéléPAC en plus cette année.

evolution-telepac-2009

117 000 télédéclarations sont parvenues dans les délais (15 mai) cette année soit 24 000 de plus que l’an dernier, portant ainsi la part des dossiers dématérialisés à 31 % cette année. 84 000 ont été signés soit directement par l’agriculteur soit via une structure (CER, Chambre, …). On peut estimer que 40 000 agriculteurs ont fait leur télédéclaration seuls depuis leur exploitation tandis que 260 000 ont retourné un dossier papier.

Les écarts sont importants d’un département à un autre, 9 départements ont atteint ou dépassé le seuil de 50% de dossiers en ligne (le Lot et l’Yonne dépassant même 80%). A l’opposé 8 départements n’ont pas atteint 15 % (les Alpes-Maritimes et la Savoie restant en dessous de 10%). 8 départements ont réalisé plus de 3 000 dossiers (dont les 4 bretons, la Mayenne, l’Aveyron, le Lot et les Pyrénées-Atlantiques).

Apparemment les systèmes de production  ne sont pas la seule explication de ces écarts, pas plus que les « zones blanches ».

Notons que les Pays-Bas, avec les mêmes contraintes européennes,  atteignent 70% de télédéclarations cette année, dont 45% en autonome contre 1/3 en France.

Le Ministère de l’Agriculture s’est fixé un objectif ambitieux : 80% de télédéclarations d’ici 3 ans soit 70 000 dossiers papiers seulement.

Changer les habitudes de 50% des agriculteurs en 3 ans est un beau challenge qui devrait dynamiser l’ensemble de la filière de l’Internet agricole.

Un nouveau site agricole certifié par l’OJD : Agriavis

logo-agriavis

Le site communautaire Agriavis vient de faire son entrée à l’OJD avec 106 000 visites et 994 000 pages vues en juillet, se situant entre Agriaffaires (1 500 000 visites) et LeMag (90 000 visites). Compte-tenu de la disparition de Materielagricole.info il n’y a toujours que 3 sites agricoles qui se soumettent au verdict de l’OJD.

Agriavis compte aujourd’hui 4 800 membres et comporte 3 000 avis (dont 85% concernent des matériels).

Depuis quelque temps les membres ont la possibilité de mettre des annonces d’achat ou de vente de matériel.

Ce site est aujourd’hui le premier site communautaire agricole, comportant notamment un profil par membre qui regroupe non seulement une fiche descriptive de celui-ci mais aussi tous ses avis sur les matériels, ses interventions (publiques) dans le forum et toutes les annonces qu’il a pu passer.

Agravis a été créé début 2007 par Jean Moulard, un agriculteur (tout comme Agriaffaires) et comptait 1 500 membres fin 2007. Début mai 2009 le site avait dépassé les 4 000 membres. 200 inscrits viennent s’y ajouter tous les mois.