60% des joueurs de SimAgri sont des agriculteurs.

ferme-simagri1

La spécificité agricole de ce jeu d’entreprise en ligne attire de plus en plus de monde notamment les jeunes et plus précisément les élèves des établissements scolaires agricoles. Ils y trouvent un moyen ludique de se former à la gestion d’une exploitation agricole.

logo-simagri

SimAgri va bientôt fêter ses 5 ans. Aujourd’hui 27 000 joueurs actifs (en progression de 20% par rapport à l’an dernier) affrontent les variations de cours, les caprices de la météo, les accidents sanitaires, … .
En octobre 9 salons régionaux d’élevage « GénétiSim » ont permis de sélectionner des animaux de 8 espèces (seul les bisons n’ont pas recueilli suffisamment de candidats) en vue des finales en décembre.
SimAgri ne cesse de se perfectionner en multipliant les productions (le maraîchage et le foie gras, sont les derniers arrivés) et les annonceurs ont la possibilités de prendre un stand sur le salon virtuel.

L’inscription est gratuite pour découvrir le jeu, puis 4€ la partie pour une campagne de 84 jours (un an accéléré 7 fois). L’abonnement annuel pour 4 campagnes revient à 10€.

Près de 7 500 ordinateurs travaillent en ligne pour Virtual Prairie !

virtual-prairie-nb-ordi1

En avril 2008 je vous avais parlé du projet Virtual Prairie de L’unité de recherche du CNRS 6553 ECOBIO, de Rennes 1. Son but est de comprendre les mécanismes naturels d’accroissement végétatif dans les systèmes écologiques complexes (du comportement individuel de la plante jusqu’aux interactions entre les espèces) par la reconstitution d’une prairie virtuelle.

Depuis, Virtual Prairie a pris de l’ampleur et les équipes se sont étoffées. Le deuxième programme réalisé avec Bonic, la plateforme de calcul distribué de l’université de Berkeley, a permis de modéliser un système herbacé, avec la mise en évidence des paramètres à activer pour obtenir le maximum de biomasse.

Actuellement se déroule la troisième étape, et près de 7 500 ordinateurs en ligne de 75 pays se partagent les calculs. Ce sont aussi bien ceux des chercheurs que les PC des particuliers comme vous et moi qui mettent, quand ils ne l’utilisent pas, la puissance de calcul de leur ordinateur à la disposition de la communauté.

Cette troisième étape du projet cherche à simuler les interactions de la prairie en fonction de son environnement (stress hydrique, apport d’azote, …) et établir un modèle opérationnel d’aide à la décision pour les gestionnaires.

Si vous voulez, vous aussi participer à ce projet, il suffit de s’inscrire et de télécharger un logiciel en ligne sur le site

Wibox, le Wimax d’Altitude Télécom, offre une alternative au satellite de Vivéole ou Nordnet, sur 13 départements

logo-wibox logo-viveole logo-nordnet

Quelles sont les solutions si votre ligne téléphonique se situe en zone blanche (sans raccordement ADSL possible) ou grise (ADSL à 512 ou 1 Mo) ?

Pour pouvoir surfer correctement, mis à part les réseaux Wimax que certaines collectivités locales ont mis en place, jusqu’ici il n’y avait sur le marché que les offres par liaisons satellites principalement de Viveole et Nordnet, pour 29,90 € TTC par mois. (Voir l’ensemble des offres satellites sur le site d’Ariase)

Pour bénéficier de l’Internet Satellite, il suffit de disposer d’un Kit Satellite spécifique, que certains départements ou régions subventionnent (voir carte sur le site de Vivéole).

« Le Wimax est une technologie intéressante, à moderniser dans le temps, qui offre une solution cohérente pour les besoins des particuliers en termes de débits comme, bientôt, en mobilité », pour Altitude Télécom.

Wibox propose deux offres. La première, destinée aux particuliers, permet de surfer à raison de 2 Mbit/s pour 39 euros par mois, tarif supérieur aux offres ADSL courantes.

La seconde s’adresse aux petites entreprises avec un débit de 4 Mbits de débit. L’offre de téléphonie sur IP reste optionnelle (15 euros/mois) et les frais d’activation s’élèvent à 150 euros.

La réception du Wimax nécessite une antenne, à placer sur le toit, un convertisseur du signal radio en signal Ethernet et une « box » pour y relier ordinateurs et téléphone IP. Un équipement est prêté par Altitude. L’installation est à réaliser soit par l’exploitant soit par un installateur agréé (entre 150 et 250 euros environ).

Wibox est disponible depuis le 1er septembre dans 13 départements français (12, 14, 27, 31, 39, 55, 61, 64, 67, 72, 76, 79, 85, 71, 21, 89, 35).

D’’ici la fin de l’année, Altitude Télécom devrait enrichir Wibox de propositions ADSL.

Cette offre incitera t-elle Bolloré Telecom (20 licences régionales) ou Free (licence nationale achetée en 2005 à… Altitude Télécom) à sortir le Wimax de son marché de niche qui est le sien jusque là.

50 à 60 000 agriculteurs ne sont pas raccordables à l’ADSL.

croquis-branchement-adsl

En février 2009, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) évaluait à 550 000 le nombre de lignes téléphoniques inéligibles à l’ADSL, soit 1,7 % de la population française.

Un sondage récent auquel nous avons pu procéder dans quelques départements sur les numéros des agriculteurs, nous donne de 10 à 13% de lignes téléphoniques inaccessible à l’ADSL. Ce qui signifie que 10% des Français non raccordables sont des agriculteurs …

Dans l’enquête 2008-2009 « Agrinautes êtes vous innovateurs ? » 6% des répondants avaient encore une connexion RTC. Mais 60% des Agrinautes bénéficiant de l’ADSL devaient se contenter d’une ligne à 528 ou 1Mo. Or aujourd’hui on estime que pour utiliser une application SIG en ligne (type télépac) ou pour visionner correctement une vidéo il faut disposer d’un débit de 2 Mo .

Pour tous ceux-là (RTC et ADSL à 528 ou 1Mo) le haut débit en 2 Mo est possible avec les offres par satellite ou par Wimax (si elles sont offertes sur le secteur géographique).

Pendant ce temps 200 000 internautes en France (dont votre serviteur) bénéficient déjà du très haut débit par fibre optique (40 Mo pour la TV et les services de vidéo à la demande, 20 Mo pour internet, plus le téléphone) …