Les élevages vont se câbler.

Les élevages vont se câblerPour la première fois au Space, il était intéressant de noter l’apparition d’offres d’équipement de réseaux, avec ou sans fil, dans les élevages.

Synthèse Elevage propose une centrale de télésurveillance sur laquelle il est possible de brancher (avec ou sans fil) une quarantaine de capteurs disposés dans l’élevage (température, humidité, débit d’eau, PH, ouverture de portes, …). L’éleveur suit l’évolution des paramètres sur internet et reçoit une alerte par SMS en fonction des seuils que lui-même a définis.
Asserva met en place un réseau de fibre optique dans l’élevage pour relier tous les automates, les PC, les bornes wifi, … à l’abri des interférences électromagnétiques, de l’humidité, répondant ainsi à l’obligation de la loi LME (Modernisation de l’Economie) de câblage de tous les nouveaux bâtiments à compter du 1er janvier 2011.

Medria élargie son offre de télésurveillance individualisée à la détection des chaleurs.

Medria Dailly Web

Medria pionnier de la télésurveillance à l’animal avec les Bolus et les « Vel’Phone » dans un bon millier de troupeaux en France (alerte par SMS de prévision d’un vêlage dans les 48 heures suivi d’un nouveau SMS à son déclenchement),  élargie son offre de télé-alertes à la détection des chaleurs.

« HeatPhone » est composé d’un capteur Axel, fixé sur le collier des animaux surveillés, qui transmet à une base radio GSM (>200 m) tous les mouvements de l’animal. Cette base retransmet les informations des différents animaux du troupeau à un serveur informatique qui compare le comportement de l’animal à son référentiel personnalisé créé à la première pose du collier. Ce serveur alerte l’éleveur par SMS dès que l’activité s’en éloigne.

Un premier SMS « d’apparition probable » alerte l’éleveur suivi d’un SMS de confirmation. Les courbes d’activités sont visualisables en permanence par l’éleveur sur internet.

L’ensemble détection de chaleurs et de vêlages nécessite, pour un troupeau de 50 VL, un investissement de l’ordre de 4 500 € avec un abonnement de 50 € environ.

Gènes diffusion n’est pas en reste et présentait au Space, pour un budget comparable, sa solution : HeatBox de Dairy Master.

« Agrinautes 2010 êtes-vous innovateur » mardi au Space.

Mardi 14 septembre à 14h30, prenez un moment au SPACE pour découvrir les grandes tendances de l’évolution des pratiques des Agrinautes, confrontées aux nouveaux usages hors agriculture.

NTIC AGRI CONSEIL et IDDEM vous présenteront les premiers résultats de l’enquête annuelle « Agrinautes êtes-vous innovateur ? »

suivi des interventions de :

Lidia BOUTAGHANE PDG de CLIENTAUCOEUR, Stratégie Client & Marketing collaboratif :

« Exploitez les réseaux sociaux pour développer sa relation client »

Claude CAUVET PDG de WOKUP, spécialiste des applications mobiles professionnelles

« Le mobile comme vous ne l’avez jamais imaginé »

Hugues AUBIN, chargé de mission TIC de Rennes Métropole :

« Nouveaux services et évolution du comportement des utilisateurs hors agriculture »

Rendez-vous mardi à 14H30 Salle F, Espace Administration (au centre du Space, à coté du club international)

Cordialement

Christian Gentilleau Pierre Marin

contact@tic-agri.com contact@iddem.com

www.Tic-Agri.com www.iddem.com

L’enquête 2010 « Agrinautes êtes-vous innovateur? » est en ligne. Prenez 20 minutes pour vous situer !

Agrinautes 2010

En 2009 les Agrinautes allaient rechercher l’information technique d’abord sur les sites des chambres d’agriculture avant les portails des grands éditeurs agricoles ou de la coopérative. En est-il de même un an plus tard ?

Quels sont les services indispensables et ceux qui manquent sur l’internet agricole ?

Cette année le questionnaire, traite également des services sur mobile, des réseaux sociaux et comporte une question choisie parmi celles proposées par les Agrinautes (ceux qui ont répondu l’année dernière) :
 » Trouvez-vous facilement l’information agricole que vous recherchez sur Internet ?
Si non que manque-t-il ?
• Un site unificateur avec accès par spécialisation ?
• Un moteur de recherche dédié à l’agriculture ?
• Autre service  »

Vous pouvez répondre anonymement.
Si vous laissez vos coordonnées vous recevrez la synthèse de cette enquête et les réponses à la question des Agrinautes.

N’hésitez pas à prendre 20 minutes pour faire le point sur vos pratiques.

Merci d’avance.

Suis-je en « zone ADSL Blanche » ? Puis-je bénéficier d’une subvention pour m’équiper d’internet par satellite ?

Dans une trentaine de départements il est possible de bénéficier de subventions du conseil général ou de la région si vous êtes en zone ADSL blanche. Deux sites permettent de vérifier les connections et débit possible en fonction de votre lieu ainsi que le montant des éventuelles subventions.

Carte locale débit ADSL

Pour vérifier si vous êtes vraiment en zone Blanche le site Ariase vous propose à partir de votre numéro de téléphone de vous indiquer les opérateurs disponibles et de vous afficher la carte des débits autour de chez-vous.

Si vous êtes dans le bleu ou dans le vert sur la carte, mieux vaut vite prendre un abonnement par satellite pour faire votre parcellaire sur TelePac !

Carte des subventions internet sat

Sur le site de Viveole vous trouverez une carte interactive avec tous les montants et les imprimés de demande de subventions.

Dans une trentaine de départements il est possible de bénéficier de subventions du conseil général ou de la région si vous êtes en zone ADSL blanche.

64% des habitants en zones rurales disposent d’internet contre 83% des urbains des grandes agglomérations françaises.

Taux accés internet agri et foyer

Le CREDOC a publié son enquête annuelle :  « diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française ».

En un an le taux d’accès à Internet a progressé de 6 points pour atteindre 67% avec une forte disparité entre les grandes agglomérations et les campagnes : 64% en zones rurales contre 86% dans les grandes villes.

Compte tenu de ces éléments,  aujourd’hui environ 63% des exploitations françaises disposent d’internet soit 190 000 exploitations professionnelles (230 000 toutes activités).

On ne peut que regretter que la profession d’agriculteur ait disparu dans la dernière vague de l’enquête du CREDOC , nous ne disposons donc plus de cette information. Néanmoins,  compte tenu des différentes éléments dont nous avons connaissance,  les agriculteurs ne se sont pas comporté différemment de l’ensemble de la population française.

Pour le secteur agricole nous n’aurons pas d’éléments précis officiels sur l’équipement informatique et internet des exploitations avant les résultats du RGA (les premières enquêtes sont en cours) vraisemblablement en 2011.

Evolution de l’équipement internet des agriculteurs.

Evolution de l'équipement internet des agriculteurs

Evolution du nombre total d’exploitations agricoles et des exploitations « professionnelles » utilisant internet (Sources Agreste jusqu’en 2007, estimations NTIC pour 2008 et 2009).

En 2007 l’Insee chiffrait dans son enquête structures bisannuelle à 45% le taux d’équipement internet des exploitations agricoles françaises.
Depuis,  les études annuelles du Credoc font état d’une progression de 14 points en 2 ans pour l’ensemble de la population française et d’un taux en 2009 de 64% dans les zones rurales.
Aujourd’hui 63 % des exploitants sont équipés d’un PC et 50% (63% pour les exploitations professionnelles) disposent d’internet dont 90% en ADSL; mais 60% n’atteignaient pas 2Mo (enquête Agrinautes 2008/2009).

Agriprobox, tout en location : ordinateur, réseau haut débit, applications professionnelles, maintenance sur site et assistance en ligne.

Agriprobox ecran

L’Agribox est un concept unique en France tant dans le package (hard, soft et réseau), la garantie haut débit  (>2 Mo quelque soit le lieu et les possibilités techniques, ADSL, Wimax ou satellite) que dans la péréquation tarifaire pour contre-balancer la fracture numérique.

Un test d’éligibilité récent a permis de quantifier les conditions d’accès à un débit >2Mo en Haute Vienne : 50% Wimax, 20% ADSL et 30% satellite.

A coté du matériel (écran, processeur, disque dur (160 Go), clavier,  souris et parabole si nécessaire), cette box intègre un accès haut-débit sécurisé, une interface ergonomique intuitive, un bouquet de logiciels professionnels et des outils de communication avancés (mail, téléphonie, visio-conférence, internet).

Avec le routeur intégré dans la Box il est possible, de se connecter en Wifi avec un autre poste pour les usages personnels et familiaux.

Concrètement, c’est une solution Open source construite sous Linux avec Firefox comme navigateur. Toutes les applications sont en lignes avec 6 icônes : mesp@arcelles, Synel (identification et gestion de troupeau), Synagri (intranet  de la Chambre régionale d’agriculture), la messagerie en webmail, l’accès internet, la visio que développe les Chambres auxquels s’ajoute 4 icônes pour les différentes fonctions d’OpenOffice : calculer, écrire, fichiers et présenter. La porte n’est pas fermée à d’autres applications professionnelles à condition qu’elles soit en ligne.

La location comprend une assistance-maintenance sur site à J+2 ! Le premier niveau est gérer par la SSII Cornut Informatique tant pour les problèmes informatiques que réseau (Axione gestionnaire du réseau Dorsal) puis alerte le conseiller agricole du secteur (en deuxième niveau) s’il s’agit d’une difficulté applicative.

Le  » pack « , livré clé en main, est à 39,90€/mois, tout compris, avec un engagement sur 3 ans et 420 € pour l’installation.

Aujourd’hui une vingtaine d’agriculteurs sont équipés et la chambre reçoit 5 à 10 demandes par semaine, sans qu’il n’y ait eu de communication particulière vers les agriculteurs.

La Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne s’est fixée l’objectif de connecter 1 000 agriculteurs à Agriprobox d’ici un an.

Ce concept, en cours d’extension à d’autres départements et régions, est certainement une bonne solution pour répondre aux deux obstacles majeurs à la réduction de la fracture numérique l’absence d’équipement informatique chez 40% des agriculteurs et l’hétérogénéité du réseau internet en milieu rural.

Wibox, le Wimax d’Altitude Télécom, offre une alternative au satellite de Vivéole ou Nordnet, sur 13 départements

logo-wibox logo-viveole logo-nordnet

Quelles sont les solutions si votre ligne téléphonique se situe en zone blanche (sans raccordement ADSL possible) ou grise (ADSL à 512 ou 1 Mo) ?

Pour pouvoir surfer correctement, mis à part les réseaux Wimax que certaines collectivités locales ont mis en place, jusqu’ici il n’y avait sur le marché que les offres par liaisons satellites principalement de Viveole et Nordnet, pour 29,90 € TTC par mois. (Voir l’ensemble des offres satellites sur le site d’Ariase)

Pour bénéficier de l’Internet Satellite, il suffit de disposer d’un Kit Satellite spécifique, que certains départements ou régions subventionnent (voir carte sur le site de Vivéole).

« Le Wimax est une technologie intéressante, à moderniser dans le temps, qui offre une solution cohérente pour les besoins des particuliers en termes de débits comme, bientôt, en mobilité », pour Altitude Télécom.

Wibox propose deux offres. La première, destinée aux particuliers, permet de surfer à raison de 2 Mbit/s pour 39 euros par mois, tarif supérieur aux offres ADSL courantes.

La seconde s’adresse aux petites entreprises avec un débit de 4 Mbits de débit. L’offre de téléphonie sur IP reste optionnelle (15 euros/mois) et les frais d’activation s’élèvent à 150 euros.

La réception du Wimax nécessite une antenne, à placer sur le toit, un convertisseur du signal radio en signal Ethernet et une « box » pour y relier ordinateurs et téléphone IP. Un équipement est prêté par Altitude. L’installation est à réaliser soit par l’exploitant soit par un installateur agréé (entre 150 et 250 euros environ).

Wibox est disponible depuis le 1er septembre dans 13 départements français (12, 14, 27, 31, 39, 55, 61, 64, 67, 72, 76, 79, 85, 71, 21, 89, 35).

D’’ici la fin de l’année, Altitude Télécom devrait enrichir Wibox de propositions ADSL.

Cette offre incitera t-elle Bolloré Telecom (20 licences régionales) ou Free (licence nationale achetée en 2005 à… Altitude Télécom) à sortir le Wimax de son marché de niche qui est le sien jusque là.

50 à 60 000 agriculteurs ne sont pas raccordables à l’ADSL.

croquis-branchement-adsl

En février 2009, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) évaluait à 550 000 le nombre de lignes téléphoniques inéligibles à l’ADSL, soit 1,7 % de la population française.

Un sondage récent auquel nous avons pu procéder dans quelques départements sur les numéros des agriculteurs, nous donne de 10 à 13% de lignes téléphoniques inaccessible à l’ADSL. Ce qui signifie que 10% des Français non raccordables sont des agriculteurs …

Dans l’enquête 2008-2009 « Agrinautes êtes vous innovateurs ? » 6% des répondants avaient encore une connexion RTC. Mais 60% des Agrinautes bénéficiant de l’ADSL devaient se contenter d’une ligne à 528 ou 1Mo. Or aujourd’hui on estime que pour utiliser une application SIG en ligne (type télépac) ou pour visionner correctement une vidéo il faut disposer d’un débit de 2 Mo .

Pour tous ceux-là (RTC et ADSL à 528 ou 1Mo) le haut débit en 2 Mo est possible avec les offres par satellite ou par Wimax (si elles sont offertes sur le secteur géographique).

Pendant ce temps 200 000 internautes en France (dont votre serviteur) bénéficient déjà du très haut débit par fibre optique (40 Mo pour la TV et les services de vidéo à la demande, 20 Mo pour internet, plus le téléphone) …