Netvibes Ticagri : un portail des flux d’informations agricoles.

logo-netvibesnetvibes-ticagri1

Depuis 3 ans j’utilise le service de pages d’accueil personnalisées Netvibes.

Avec Netvibes j’ai organisé une présentation par onglet des flux de contenus agricoles que je consulte.

« Netvibes Ticagri «  vous permet un mode d’accès aux dernières informations du web agricole mises en ligne par les uns et les autres.

Ces flux sont accessibles par domaine; en cliquant sur les différents onglets vous accédez à ma veille informationnelle, avec ses sites, ses blogs, ses médias…

Les contenus présents ici sont le plus souvent des flux RSS, mais aussi des vidéos et des photos

Attention soyez patient si votre débit est faible, Netvibes doit charger une cinquantaine de flux.

Ticagri ne fait donc que recenser ces contenus et n’en est pas responsable.

De même « Netvibes Ticagri «  ne prétend pas être exhaustif et s’enrichira d’autres onglets, d’autres flux.

N’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires, vos remarques, vos découvertes sur ce Netvibes et sur le web agricole à contact@tic-agri.com

Bonne navigation !

PS. Netvibes a été créé par un Français, Tariq Krim et dans la compétition des services de pages d’accueil personnalisées, Netvibes fait face efficacement à My Yahoo, iGoogle et Cie.

40 000 tracteurs à vendre sur la toile ?

En complément de mon précédant billet j’ai noté le nombre d’annonces annoncées sur chaque site :

Agriaffaires 87 500 dont 18 000 tracteurs

Terre-net Occasions 41 600 dont 13 800 tracteurs

Le Mag 28 500 dont 6 200 tracteurs (extraites de la base d’Agriaffaires)

AgricultureAnnonces La France Agricole 23 000 dont 9 700 tracteurs

Mascus 15 600  annonces

Materiel Agricole 7 300 dont 2 400 tracteurs

Réussir direct-affaires 5 600 dont 2 200 tracteurs

Annonces Pleinchamp 3 600 dont 2 000 tracteurs

Agri engin 200 annonces dont 25 tracteurs

Forte concurence entre les portails pour les petites annonces

logo-agriaffaires1logo-terre-net-occasion1 logo-annonces-pleinchamp1 logo-mag1 logo-materiel-agricole2 logo-direct-affaires-reussir2logo-annonces-fa1mascus1

90% des Agrinautes utilisent les services de petites annonces agricoles en ligne (enquête 2008/09 NTIC Agri Conseil, IDDEM), une forte progression d’une année sur l’autre.

Sans être éditeur de presse, Agriaffaires, pionnier, rescapé de l’éclatement de la bulle internet, avait fait le choix d’un service spécialisé. Depuis il est devenu le leader incontesté de la branche (plus de 1 700 000 visites mensuelles et plus de 20 pages par visite d’après l’OJD).

Après Terre-net, qui l’année dernière avait individualisé son service en lançant Terre-net occasions, Pleinchamp avec annonces-pleinchamp. et la France Agricole avec AgricultureAnnonces font de même.

Il est difficile de se faire une idée du trafic des uns par rapport aux autres (seuls Agriaffaires, Le MAG avec 87 000 visites et Matériel Agricole avec 60 000 visites, sont à l’OJD).

En revanche, l’enquête Agrinautes apporte une vue précise sur le lectorat de chacun des sites et les résultats ne sont pas forcément les mêmes d’un système de production à un autre, suivant les niveaux de formation, les débits internet, …

La course à l’audience amène les sites à innover, à se distinguer. Plusieurs sites proposent des services d’assurances et de financement (Agriaffaires, Pleinchamp), ou d’observations des prix du marché (Agriaffaires, Terre-net Occasions) il faut noter un service de transport sur Agriaffaires, une géolocalisation cartographique sur Pleinchamp, la séparation des annonces individuelles de celles des concessionnaires et une situation des ventes concrétisées la veille sur Terre-net Occasions.

Autant de facilités avec lesquelles la presse papier ne joue pas à jeu égal.

Or les services de PA (Petites Annonces) qui constituent une ressource importante pour la presse agricole sont également une source de financement pour les portails internet.

L’ARSOE de Bretagne propose un service de commande vocale pour remplacer les commandes d’insémination sur Minitel.

arsoe-bretagne

urceo

.

amelis

.

.

.

.

.

En décembre 2008 60% des commandes d’insémination de l’URCEO arrivaient encore par Minitel, 30% par internet et 10% sur des répondeurs enregistreurs.

Face à l’arrêt prochain du minitel l’ARSOE de Bretagne a proposée aux centres d’inséminations la mise en œuvre d’un service de synthèse vocale. Ouvert depuis le début de l’année,  ce service simple a permis à l’URCEO de réaliser des gains de productivité par rapport aux répondeurs enregistreur et de fournir une alternative aux accès internet.

60% éleveurs des 9 500 éleveurs l’ont utilisé depuis sa mise en service, générant 2 800 appels vocaux par semaine.

Trois mois plus tard les commandes d’insémination via le Minitel ont chuté d’1/3 (40% des transactions), les commandes vocales ont presque doublé pour atteindre 20% et les accès internet arrivent quasiment à égalité avec le minitel.

Ce succès rapide s’explique par le développement de l’usage du téléphone mobile (60% des appels vocaux) et la simplicité du service (ainsi grâce à la reconnaissance du numéro de l’appelant le système propose un numéro d’élevage par défaut).

L’éleveur dispose maintenant de 3 modes pour commander ses inséminations :

– son téléphone portable classique avec un service de synthèse vocale

– son ordiphone 3G (Smartphone, iPhone,  …) avec une saisie tactile,

– son ordinateur de bureau.

Dans un ou deux ans le 3614 APELIA poura être fermé après plus de 20 ans de bons services.

Une étape a été franchie dans l’utilisation d’internet chez les agriculteurs.

68% des Agrinautes considérent les TIC comme indispensable.
68% des Agrinautes considèrent les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) comme indispensable .

A la lecture des résultats de l’enquête 2008/09 « Agrinautes êtes-vous innovateurs ? »,  il apparaît que l’usage professionnel d’internet est devenu majoritaire chez les agriculteurs, indispensable pour beaucoup, et que l’agriculture de précision se développe rapidement, notamment autour de l’usage du GPS et des images cartographiques.
Pour échanger sur ce thème, j’ai invité 4 à 5 professionnels représentant différents métiers

Mercredi 8 Avril 2009 de 16h00 à 18h00

ACTA Maison Nationale des Éleveurs

149 rue de Bercy, PARIS 12

Pierre Marin (Iddem) et moi-même débattrons avec :
Anne Guille-Hanin – Agralys
David Gauteraud – Alliance Pastorale
Laurent Mano – Agence Preferendum
Alain Lautré  (Iddem) assurera l’animation.

Au-delà de la méthodologie et de la présentation des grandes lignes de l’enquête 2008/09 « Agrinautes, êtes-vous innovateurs ? », nous vous invitons à un échange sur l’évolution de l’utilisation d’Internet dans la production agricole : agriculteurs, professionnels et acteurs du secteur.

Pour préparer la réunion et mieux connaître l’enquête, vous pouvez en retrouver un extrait en cliquant ici.

L’édition 2008/09 avec 1.500 réponses à une centaine de questions, permet de dresser une carte des usages et besoins des agriculteurs en 2008 ainsi que leur évolution par rapport aux enquêtes 2006 et 2007. Cette enquête a été réalisée grâce à 20 partenaires (portails agricoles, sites d’informations, extranet, distributeurs, presse,…) ainsi que sur une liste interne, pondérée en fonction des résultats Agreste 2008 sur les exploitations connectées. La diversité de l’origine des répondants fait de cette enquête l’une des plus neutres actuellement sur le marché.

Pour les inscriptions ou un supplément d’information, n’hésitez pas à me joindre :

contact@tic-agri.com

Les portails mono applicatif (Agriaffaires, La TéLéAgricole, TV-Agri) changent de modèle en élargissant leurs offres

LTA-la-tele-agricole

La TéléAgricole (LTA) élargit son offre de contenu en partenariat avec Mascus pour les petites annonces et Météorologic pour la météo agricole services qui s’ajoutent ainsi aux journaux quotidiens, aux reportages hebdomadaires de 5 minutes et au service de partage de vidéos l’ensemble représentant aujourd’hui plus de 500 vidéos.

agri3d1

Agriaffaires commercialise sous l’appellation Agri3D un ensemble d’applications en ligne de Visioplaine avec des modules externes rentrant ainsi en concurrence avec les services en ligne des chambres d’Agriculture (MesParcelles)  et de Néotic (Agreo) notamment. Visioplaine, déjà utilisé par 2000 cultivateurs trouve là une solution, en marque blanche, pour élargir rapidement sa diffusion.

TV-AGRI.INFO

TV-Agri quant à lui annonce le lancement de « La Métèo Agricole de précision » de CAP 2020 que Denis Boisgontier avait présenté à Ticagri en décembre 2006. Ce service a notamment reçu un AwArds d’Argent au SIMA.

Nokia se lance dans la fourniture de services agricoles SMS en Inde : Nokia Life Tools

Ecran des services agricoles Nokia en Inde
Ecran des services agricoles Nokia en Inde

Nokia a présenté à Tech For Food un modèle de PDA entrée de gamme pour les pays émergents associant un contenu agricole fourni par des partenaires.

« Informer, impliquer, donner de la puissance : fournir des services pour combler le fossé numérique« . Telle est la devise de Nokia en matière de services destinés aux marchés émergents.

« Nokia Life Tools »est une gamme de services d’informations par SMS, composée de trois services : agriculture, éducation et astrologie.

Les agriculteurs pourront obtenir quotidiennement des prévisions météo, les derniers cours des marchés des principaux produits agricoles, les prix d’achat des semences, des engrais des pesticides, ainsi que des informations techniques sur les intrants et les techniques de production.

L’objectif est essentiellement de renforcer le pouvoir de négociation des paysans et d’éliminer la dépendance aux intermédiaires connus pour véhiculer des informations erronées aux dépens des agriculteurs.

Reuter Markets Light est le partenaire de contenus pour les applications agricoles.

Terminal Nokia d'entrée de gamme pour les pays émergents
Terminal Nokia d'entrée de gamme pour les pays émergents présenté à Tech For Food

L’application Nokia Life Tools va être lancée au prochain trimestre en Inde avec deux terminaux, le Nokia 2323 classic et Nokia 2330 classic, qui comportent également une radio FM.

Nokia qui possède une usine récente près de Madras compte ainsi se rapprocher de l’objectif fixé par le gouvernement d’un terminal à 10 Euros !

Le service a une interface “rich media” mais tout se fait par le biais de SMS afin de garantir le fonctionnement du service partout où le téléphone mobile fonctionne, sans avoir à configurer aucun paramètre ou à prendre en compte la couverture GRPS.

Nokia reprend ainsi le modèle économique d’Apple qui associe terminal et vente de contenu avec iPhone et iTunes Store.

En Inde ce modèle passe par l’envoi de SMS publicitaires auxquels les Indiens sont déjà habitués.

L’Inde compte aujourd’hui 360 millions de téléphones mobiles soit un taux d’équipement de 30% de la population. Le marché fonctionne essentiellement avec des cartes prépayées dont le faible prix est compensé par la publicité.

Concrètement en Inde vous recevez plusieurs SMS de pub par jour et vous avez un court  message vocal de pub quand vous vous connectez pour appeler.En contrepartie cela ne vous coûte que 100  roupies de l’heure soit 1,5 Euros !!!

Non, l’annuaire électronique sur Minitel, le 3611, n’est pas mort. France Télécom revient sur sa décision.

Minitel2

France Télécom vient d’annoncer qu’il renonçait à arrêter le 3611, le 11 février (hasard des dates !). Devant la pression des éditeurs de services et des utilisateurs (encore un million) PagesJaunes et FranceTélécom ont décidé de faire marche arrière.

Cet arrêt du 1er des services minitel, était considéré comme l’annonce de la fin de vie de l’ensemble des services Vidéotex à très courte échéance.

Pour les éditeurs de services, le kiosque (facturation à la durée, prélevé sur la facture téléphonique) a encore permis de dégager un chiffre d’affaires de 100 millions.

L’activité du minitel baisse mais une forte proportion des éleveurs l’utilisent toujours pour leurs accès aux services d’éllevage; y compris 10% de ceux qui ont un accèss internet

Minitel : France télécom ferme le 3611 en mars, mais 10% des éleveurs Agrinautes l’utilisent encore.

Services Minitels Eleveurs Minitel

25 ans après le lancement de l’annuaire électronique, en 1989 à Caen, France Télécom ferme le 3611 fin mars.

Aujourd’hui, le service reçoit encore 200 000 à 300 000 connexions par mois, contre 5 à 6 millions dans les années 1990.

Il resterait 1 million de minitel encore en service.

En 2005 un Minitel, ne valait déjà plus qu’un poulet : les Fermiers de Loué, dans la Sarthe, offraient un poulet à chaque gentil donateur d’un minitel (Minitel 2), pour équiper leurs nouveaux adhérents

Cependant, le Minitel est loin d’être mort. Ceux qui pronostiquaient sa disparition prochaine devront encore attendre. Aujourd’hui, France Télécom n’envisage pas d’arrêt du Minitel avant l’horizon 2011.

Les courbes d’audience de l’annuaire électronique et du site Internet pagesjaunes.fr se sont croisées en 2003. Dans le secteur agricole ce n’est qu’en 2007 que les consultations internet des éleveurs ont dépassé les accès Minitel sur les services des ARSOE.

Il reste aujourd’hui (en dehors de la météo) une vingtaine de services minitel agricoles, dont une quinzaine à destination des éleveurs, soit moitié moins qu’il y a 2 ans.

L’enquête Agrinautes 2008, en cours de dépouillement, nous  montre que 9% des éleveurs, qui pourtant sont aussi équipés d’un accès internet, utilisent encore le Minitel (ils étaient 15% en 2007). Les cultivateurs et les viticulteurs sont encore moins nombreux : 5% ( 10 % l’année précédente)

Ainsi le Minitel fait de la résistance là où de bonnes applications l’avaient imposé en agriculture.
Pour qui n’a pas l’ADSL et n’est donc pas connecté en permanence, il est bien plus simple et rapide d’allumer le Minitel et de numéroter, au lieu d’allumer l’ordinateur, lancer Windows, le modem, se connecter..

“Par rapport à un ordinateur, le Minitel a l’avantage d’être résistant, de s’allumer en une dizaine de secondes, et il n’a jamais été attaqué par un virus informatique”, observe Guy Cronimus, responsable du marketing des kiosques chez France Telecom.


Agrinautes 2008 quel service faut-il ajouter à Internet ?

Cette année l’enquête 2008 « Agrinautes êtes-vous innovateur » comporte une question proposée par ceux qui ont répondu l’année dernière :

« Quel service faut-il ajouter à Internet pour créer une vraie solidarité entre agriculteurs, alors que nous sommes de moins en moins nombreux ? »

Comment les agriculteurs utilisent-ils Internet en 2008 ? le GPS ? la cartographie ? les sites de vente ? les prévisions météo ? Quels sont les services qui font gagner du temps ? Les plus utilisés ? Ceux qui manquent ? …

Pour répondre à toutes ces questions, et à bien d’autres, NTIC-Agri Conseil mets en ligne la troisième édition de la grande enquête « Agrinautes êtes vous innovateurs ?« 

En 1/4 d’heure, tout exploitant agricole peut ainsi faire un point sur sa pratique de l’Internet, des outils de l’agriculture de précision, son équipement NTIC, l’utilisation de services, des logiciels, les services attendus ….
Une synthèse des résultats est envoyée à tous ceux qui laissent leur adresse email à la fin du questionnaire.
Les années précédentes , plus de 900 personnes ont répondu à chaque enquête.

Cette enquête est importante car elle est indépendante et bien relayée par les différents portails agricoles.

Si vous êtes exploitant agricole, n’hésitez-pas à y répondre. Chaque avis compte. Agrinautes êtes vous innovateurs ?