Google confirme le trafic des grands portails agricoles et donne des informations sur des sites qui ne communiquent pas

Visites portails agri janvier

Vous connaissiez le moteur de recherche utilisé par 97% des Agrinautes (enquête NTIC Agri Conseil 2009) mais saviez-vous que Google observe le trafic des éditeurs à partir des cookies laissés sur votre PC, des données de Google analytics, de panels et de ses liens publicitaires (adwords, adsence,…) ?

Ces éléments nous permettent une meilleur connaissance du trafic réel pour les portails qui ne sont pas inscrit à l’OJD ou pour ceux qui se refusent à communiquer sur la fréquentation de leur service. La France Agricole apparait ainsi avec 180 000 visites mensuelles et 70 000 visiteurs.

L’ensemble des sites de Terre-net Média représentent 700 000 visites et 330 000 visiteurs mais non dédupliqués, loin des chiffres observés pour Pleinchamp dont l’audience déborde largement en dehors des agriculteurs avec un service météo que le Crédit Agricole diffuse largement.

De même nous pouvons situer l’attraction des sites public du secteur comme la MSA, le site du ministère ou TelePac en janvier.

A noter les 85 000 visites (100 000 environs en réel) d’AGRAM, 1er site de vente direct agricole parmi la quarantaine des site de vente que nous avons répertoriés (voir notre annuaire) , confirmant ainsi la place primordiale du machinisme dans les préoccupations des agriculteurs.

Nous avons la confirmation que la concurrence qui s’est accentuée sur les petites annonces de matériels ses 2 dernières années, n’a pas entamée la suprématie d’AgriAffaires (l’ensemble des 249 000 visites des 5 sites concurrents  représente moins de 14% du trafic du seul site Agriaffaires, 16% si l’on prend seulement le trafic français.)

Le rapprochement des chiffres de l’OJD et de ceux de Google mets en évidence une minoration de 10 à 20% du nombre des visites données par Google. (1 800 000 contre 2 200 000 pour Agriaffaires, 100 000 contre 110 000 pour Agriavis et 84 000 contre 98 000 pour Le MAG).

Ces visites ne sont pas forcément toutes du fait des agriculteurs. Pour les grands portails généralistes il s’agit de l’ensemble des visites; certaines rubriques étant très fréquentées d’autres beaucoup moins. Seule une enquête représentative auprès des Agriculteurs (comme Agrinautes êtes vous innovateurs ?) permet de préciser l’audience réelle des différents services (rubrique par rubrique) de chaque éditeur auprès des exploitants agricoles.

Merci à e-median pour son aide pour cette analyse.

64% des habitants en zones rurales disposent d’internet contre 83% des urbains des grandes agglomérations françaises.

Taux accés internet agri et foyer

Le CREDOC a publié son enquête annuelle :  « diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française ».

En un an le taux d’accès à Internet a progressé de 6 points pour atteindre 67% avec une forte disparité entre les grandes agglomérations et les campagnes : 64% en zones rurales contre 86% dans les grandes villes.

Compte tenu de ces éléments,  aujourd’hui environ 63% des exploitations françaises disposent d’internet soit 190 000 exploitations professionnelles (230 000 toutes activités).

On ne peut que regretter que la profession d’agriculteur ait disparu dans la dernière vague de l’enquête du CREDOC , nous ne disposons donc plus de cette information. Néanmoins,  compte tenu des différentes éléments dont nous avons connaissance,  les agriculteurs ne se sont pas comporté différemment de l’ensemble de la population française.

Pour le secteur agricole nous n’aurons pas d’éléments précis officiels sur l’équipement informatique et internet des exploitations avant les résultats du RGA (les premières enquêtes sont en cours) vraisemblablement en 2011.

Evolution de l’équipement internet des agriculteurs.

Evolution de l'équipement internet des agriculteurs

Evolution du nombre total d’exploitations agricoles et des exploitations « professionnelles » utilisant internet (Sources Agreste jusqu’en 2007, estimations NTIC pour 2008 et 2009).

En 2007 l’Insee chiffrait dans son enquête structures bisannuelle à 45% le taux d’équipement internet des exploitations agricoles françaises.
Depuis,  les études annuelles du Credoc font état d’une progression de 14 points en 2 ans pour l’ensemble de la population française et d’un taux en 2009 de 64% dans les zones rurales.
Aujourd’hui 63 % des exploitants sont équipés d’un PC et 50% (63% pour les exploitations professionnelles) disposent d’internet dont 90% en ADSL; mais 60% n’atteignaient pas 2Mo (enquête Agrinautes 2008/2009).

Une étape a été franchie dans l’utilisation d’internet chez les agriculteurs.

68% des Agrinautes considérent les TIC comme indispensable.
68% des Agrinautes considèrent les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) comme indispensable .

A la lecture des résultats de l’enquête 2008/09 « Agrinautes êtes-vous innovateurs ? »,  il apparaît que l’usage professionnel d’internet est devenu majoritaire chez les agriculteurs, indispensable pour beaucoup, et que l’agriculture de précision se développe rapidement, notamment autour de l’usage du GPS et des images cartographiques.
Pour échanger sur ce thème, j’ai invité 4 à 5 professionnels représentant différents métiers

Mercredi 8 Avril 2009 de 16h00 à 18h00

ACTA Maison Nationale des Éleveurs

149 rue de Bercy, PARIS 12

Pierre Marin (Iddem) et moi-même débattrons avec :
Anne Guille-Hanin – Agralys
David Gauteraud – Alliance Pastorale
Laurent Mano – Agence Preferendum
Alain Lautré  (Iddem) assurera l’animation.

Au-delà de la méthodologie et de la présentation des grandes lignes de l’enquête 2008/09 « Agrinautes, êtes-vous innovateurs ? », nous vous invitons à un échange sur l’évolution de l’utilisation d’Internet dans la production agricole : agriculteurs, professionnels et acteurs du secteur.

Pour préparer la réunion et mieux connaître l’enquête, vous pouvez en retrouver un extrait en cliquant ici.

L’édition 2008/09 avec 1.500 réponses à une centaine de questions, permet de dresser une carte des usages et besoins des agriculteurs en 2008 ainsi que leur évolution par rapport aux enquêtes 2006 et 2007. Cette enquête a été réalisée grâce à 20 partenaires (portails agricoles, sites d’informations, extranet, distributeurs, presse,…) ainsi que sur une liste interne, pondérée en fonction des résultats Agreste 2008 sur les exploitations connectées. La diversité de l’origine des répondants fait de cette enquête l’une des plus neutres actuellement sur le marché.

Pour les inscriptions ou un supplément d’information, n’hésitez pas à me joindre :

contact@tic-agri.com

L’offre croissante de WebTV agricole suit le développement de l’ADSL.

Sites de video agricole en 2007

Le développement de l’ADSL dans les campagnes a ouvert un champ nouveau à la créativité des éditeurs.

Jusqu’ici, compte tenu des budgets nécessaire à la  diffusion, aucun acteur n’avait réussi durablement à installer une chaîne ou une émission télévisée spécialisée à destination des agriculteurs. Or l’image est un support bien plus performant que l’écrit. Louis Malassi, l’avait compris en créant, dés 1966, TPR (Télé Promotion Rurale) pour utiliser la puissance de l’image au service du développement agricole. Aujourd’hui le haut débit sur Internet lui aurait donné la possibilité de rencontrer son public.

Encore faut-il que ce débit soit à la porté de tous et suffisant pour permettre la diffusion de vidéos de qualité.

L’an dernier ce n’était pas forcement le cas :  l’enquête Agrinautes 2007 nous avait montré que si 88% des Agrinautes avaient un accès ADSL, plus 30 % d’entre eux avaient un débit inférieur à 512 Ko. Visionner une vidéo avec un débit de 512 Ko seulement n’est pas très confortable … . Ainsi, 63% seulement de l’ensemble des agrinautes avaient, il y a un an, un débit supérieur à 500 ko.

Et pourtant, quelques mois seulement après le lancement des première Web TV agricoles, 40% des Agrinautes les avaient visualisées.

Un an après, qu’en est-il ?

L’Agrinaute est-il un habitué des 2 journaux quotidiens, des 2 hebdomadaires ou bien des émissions thématiques, sans parler des émissions événementielles et des vidéos diverses.

L’enquête Agrinautes 2008 en cours nous apportera rapidement la réponse.

Cultures news, JeWee, LTA, Power Boost, SatiTV, Sima WebTV, terre.tv, TvAgri, Terre-net WebTV, Terre d’infos,  … Comment se retrouver, faire son choix dans l’offre abondante d’émission TV qui vient d’apparaitre en très peu de temps sur la toile agricole ?

Agrinautes 2008 quel service faut-il ajouter à Internet ?

Cette année l’enquête 2008 « Agrinautes êtes-vous innovateur » comporte une question proposée par ceux qui ont répondu l’année dernière :

« Quel service faut-il ajouter à Internet pour créer une vraie solidarité entre agriculteurs, alors que nous sommes de moins en moins nombreux ? »

Comment les agriculteurs utilisent-ils Internet en 2008 ? le GPS ? la cartographie ? les sites de vente ? les prévisions météo ? Quels sont les services qui font gagner du temps ? Les plus utilisés ? Ceux qui manquent ? …

Pour répondre à toutes ces questions, et à bien d’autres, NTIC-Agri Conseil mets en ligne la troisième édition de la grande enquête « Agrinautes êtes vous innovateurs ?« 

En 1/4 d’heure, tout exploitant agricole peut ainsi faire un point sur sa pratique de l’Internet, des outils de l’agriculture de précision, son équipement NTIC, l’utilisation de services, des logiciels, les services attendus ….
Une synthèse des résultats est envoyée à tous ceux qui laissent leur adresse email à la fin du questionnaire.
Les années précédentes , plus de 900 personnes ont répondu à chaque enquête.

Cette enquête est importante car elle est indépendante et bien relayée par les différents portails agricoles.

Si vous êtes exploitant agricole, n’hésitez-pas à y répondre. Chaque avis compte. Agrinautes êtes vous innovateurs ?

En 2007 les Agrinautes ont consacré 25% de leurs consultations Internet autour de leurs achats et ventes

Répartition des consultations des Agrinautes
Source NTIC Agri Conseil : Enquête 2007 « Agrinautes êtes vous innovateur »

Les Agrinautes utilisent internet d’abord pour leurs besoins d’achats et de ventes, ensuite pour consulter, échanger, traiter les données de leurs exploitations (suivi de l’élevage, des parcelles, comptabilité, …). La recherche d’information sur les produits et les fournisseurs représente 13% des consultations au même niveau que la météo, avant les services bancaires.

Pour leurs achats et ventes les Agrinautes consultent avant tout les cours et marchés (12% de l’ensemble), les données de la coopérative ou du négoce (6%) et les petites annonces (5%)

Ces données tirées de l’enquête Agrinautes 2007 (publiée au 1er semestre 2008) vont certainement évoluer sous l’influence de 3 facteurs :

– l’arrivée importante des nouveaux usagers du web agricole (30 000 environ depuis la dernière enquête)

– le fort développement de l’offre de services professionnels agricoles accessibles sur la toile.

– l’expérience et la pratique des 100 000 Agrinautes qui surfent depuis quelques années.