Vente en ligne « Les NTIC en Agriculture

Archive pour le mot-clef ‘Vente en ligne’

Les achats en lignes des agriculteurs décollent au 1er semestre 2016.

Mardi 20 septembre 2016

Lors de la présentation des premiers résultats de l’enquête Agrinautes 2016, j’ai promis de donner quelques chiffres sur l’e-achat des agriculteurs.

D’après les statistiques de SimilarWeb, au premier semestre 2016, 14 sites ont dépassé les 10 000 visites mensuelles, parmi la vingtaine qui affiche les prix et offre la possibilité d’acheter en ligne.

L’ensemble des sites proposant des achats de produits agricoles sur internet, ont reçu en moyenne 660 000 visites par mois.

Ils représentent 5% des visites des Agrinautes sur l’ensemble des sites agricoles que nous suivons. Il y 18 mois les achats en ligne ne représentaient que 3% du trafic.

Ce mouvement ne devrait pas s’arrêter là. Ainsi les premiers chiffres des connexions sur ces même sites mettent en évidence une progression de l’ordre de 10% en août dernier par rapport à juillet.

Portrait type d’une agricultrice digitalisée et fonctionnelle.

Jeudi 24 mars 2016

L’e-agrofourniture française en pleine croissance

Vendredi 30 janvier 2015

Depuis des années l’offre des sites de vente en agrofourniture était assez limitée. Ainsi dans l’enquête Agrinautes 2008, près d’1/3 des agriculteurs utilisateurs d’internet se plaignaient du manque de services d’achats proposés en ligne, notamment pour les grandes cultures.

L’échec d’Agrifirst en 2001 puis le faible développement d’Agriclic (créé en 2000 et racheté par Agrileader en 2009) face à la forte résistance de la distribution classique avait refroidi bien des ardeurs.

Seuls trois pionniers de la vente à distance avaient une offre internet significative depuis le début du web : deux en élevage : Alliance Pastorale (le premier site agricole  ouvert en France en 1994 ) et Vital Concept (leader de la vente par correspondance puis sur internet depuis 15 ans) et un en matériel agricole : Agram

En 2012 on ne comptait qu’un seul site d’e-commerce (Agram) dans les 25 premiers sites agricoles français

Aujourd’hui dans ce palmarès, nous dénombrons 4 sites de vente en ligne Agram Agriconomie, Alliance Pastorale , Vital Concept, auxquels on peut ajouter 2 sites de petites annonces ( Agriaffaires et Terre-net-occasion) .

A la forte progression des sites historiques d’élevage il faut ajouter l’arrivée de Agriconomie Ce nouveau site de vente d’approvisionnements (engrais, semences,  phytos…) s’est glissé directement dans les 20 premiers sites fréquentés par les Agrinautes en à peine un an .

Une dizaine d’autres sites élargissent les possibilités d’achats en ligne des agrinautes : Agrifournitures, Beiser-se, Prodealcenter, Larecolte.fr, Agrileader, Lagalerieverte, Hydrodis, Agrilisa, …

L’enquête annuelle de référence TicAgri BVA « Agrinautes-Agriseurfeurs 2014″ est sortie.

Vendredi 5 septembre 2014

Plus de 3 000 agriculteurs se sont connectés, entre le 17 juin et le 21 juillet 2014, au questionnaire internet « Agrinautes-Agriseurfeurs 2014 : équipements et usages des agriculteurs sur Internet » et 1552 questionnaires complets ont été retenus.

Les résultats sont redressés pour être représentatifs des agriculteurs connectés.

La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : régions et orientation principale de l’exploitation -   Source RGA 2010

J’aurai le plaisir de présenter les résultats de cette étude BVA et TicAgri au Space,

Mardi 16 septembre à 14h00, salle E, espace Administration (près du Hall 2-3).

Nombre de places limitées.
Pour vous inscrire, contacter Angélique au 03 44 06 68 14 ou agouchet@terre-net-media.fr

D’ici là vous pouvez télécharger la présentation 2013 que j’avais faite l’année dernière au Space pour mesurer les évolutions en un an … et il y en a !

Agroterra : un nouveau venu dans les plates-formes d’achats-ventes sur le marché agricole français.

Mercredi 1 septembre 2010

Logo Agroterra

Agroterra leader espagnol des sites agricole de petites annonces en ligne (200 000 visiteurs uniques, 78 000 visiteurs dédupliqués en juillet en Espagne et 160 000 VU et 72 000 dédupliqués dans le reste de l’Europe) arrive sur le marché français.

Déjà présente au Royaume-Uni et en Allemagne, Agroterra ambitionne d’être l’une des plus grandes communautés d’achat et de vente en ligne de produits agricoles en Europe.

Actuellement 60 000 vendeurs sont enregistrés sur le site avec plus de 30 000 produits proposés à la vente. Chaque mois entre 1 500 et 2 500 nouveaux utilisateurs s’inscrivent en ligne.

Agroterra.eu s’adresse à l’ensemble des acteurs du monde agricole de l’agriculteur au concessionnaire en passant par les sociétés de service.

Il s’agit d’une plate-forme de mise en contact par l’intermédiaire de petites annonces couvrant l’ensemble des produits achetés ou vendus par les agriculteurs. Le niveau de services offerts est variable suivant l’abonnement (gratuit, 23€ ou 45€ par mois) aussi bien pour le nombre d’annonces (5 annonces en Gratuit, 25 en « Premium », 150 en « Plus ») que pour la mise en avant des annonces.

Aujourd’hui la version française ne comporte encore que très peu d’annonces. Elle ne ressortira certainement pas dans les sites d’annonces utilisés par les agriculteurs dans l’enquête Agrinautes 2010 qui sera publiée prochainement, mais … les choses évoluent très vite sur internet.

Plus que quelques jours pour participer à l’enquête Agrinautes 2010.

Lundi 30 août 2010

Agrinautes-2010

Agrinautes quels sont les services indispensables et ceux qui manquent sur l’internet agricole ?

Trouvez-vous facilement l’information agricole que vous recherchez sur Internet ?

Quels services manque-t-il ?

Utilisez-vous internet sur votre téléphone mobile ?

Profitez de ce questionnaire pour faire un point sur l’internet Agricole, le GPS, la robotique agricole, les services en lignes … et découvrez, peut-être, dans les listes de réponses, de nouveaux sites professionnels.

Vous pouvez répondre anonymement.
Si vous laissez vos coordonnées vous recevrez la synthèse de cette enquête et les réponses à la question posée par les Agrinautes.

N’hésitez pas à prendre 20 minutes pour faire le point sur vos pratiques.

Merci d’avance.

Vital Concept intégre deux programmes d’aide à la décision sur son site de vente en ligne.

Mardi 29 juin 2010

Vital Opti CMV

Le site de Vital propose deux programmes, l’un pour le choix des minéraux Opti’CMV et l’autre pour le choix des lubrifiants Opti’LUB.

Opti’LUB est une application conçue pour faire un choix précis des huiles en fonction des caractéristiques et spécifications des matériels. Les informations de préconisations ont été élaborées en fonction des recommandations des constructeurs et des fournisseurs de lubrifiants.

Opti’CMV est un calcul de ration classique qui se termine par le choix des minéraux disponibles dans la gamme Vital.

Dans un premier temps l’éleveur indique les caractéristiques de ses animaux et ses objectifs de production.

Il indique, ensuite, les matières premières qui entrent dans la composition de la ration de base des animaux. Les valeurs inscrites par défaut sont celles de l’INRA, avec possibilité d’y substituer la valeur réelle si l’éleveur possède des analyses pour ses fourrages.

Le logiciel calcule ensuite besoins et apports quotidiens et propose éventuellement des corrections à apporter à la ration initiale. Il propose le minéral le mieux adapté dans la gamme Vital. Il n’y a plus qu’à commander en un clic.

Vital Concept enregistre 550 commandes mensuelles en direct sur son site, avec une forte croissance de la part internet dans son chiffre d’affaires.

« Le Goût d’ici » : 10 producteurs bio se regroupent sur le modèle de la Binée Paysanne.

Dimanche 13 juin 2010

Le Goût d'ici

A l’inverse des AMAP créées par des consommateurs Le Goût d’ici est à l’initiative des agriculteurs.

Sur le modèle de la Binée Paysanne 10 producteurs, agriculteurs ou artisans (transformateurs de viande, boulanger, producteur de cidre, …), se sont regroupés pour communiquer et commercialiser leur production en circuits courts et ouvrent le 15 juin un site de vente en ligne Legoûtdici.com.

A la différence d’une AMAP le consommateur ne prend pas d’engagement, il commande en ligne (les prix et les disponibilités sont affichés) toutes les semaines avant le mardi soir et vient chercher son panier le vendredi dans l’un des 4 dépôts.

Les mercredi et jeudi chaque producteur a pu préparer les produits qui lui ont été commandés sur internet, puis le vendredi, les regrouper au local de l’association et constituer, avec les autres producteurs, les paniers commandés. Les 4 producteurs, ayant les points de dépôts chez eux, repartent avec les paniers des consommateurs de leur secteur.

Si les producteurs actuels (au moins 2 par produits) n’arrivent pas à suivre la demande ils ont prévu de privilégier l’installation de nouveaux producteurs sur le territoire.

Cette association veux renforcer les liens locaux, et le site en ligne n’est pas leur seul objectif. Ainsi Le Goût d’ici a participé à la création d’un marché local. « Nous vendons en créant du lien social  » nous dit son président Jean-Paul Hignet.

A mon avis ce type d’association, comme celle de Paysans.fr,  préfigure les structures qui devront prendre le relais des AMAP, quand les consommateurs seront lassés de la contrainte du panier obligatoire et du faible choix des produits.

Google confirme le trafic des grands portails agricoles et donne des informations sur des sites qui ne communiquent pas

Lundi 1 mars 2010

Visites portails agri janvier

Vous connaissiez le moteur de recherche utilisé par 97% des Agrinautes (enquête NTIC Agri Conseil 2009) mais saviez-vous que Google observe le trafic des éditeurs à partir des cookies laissés sur votre PC, des données de Google analytics, de panels et de ses liens publicitaires (adwords, adsence,…) ?

Ces éléments nous permettent une meilleur connaissance du trafic réel pour les portails qui ne sont pas inscrit à l’OJD ou pour ceux qui se refusent à communiquer sur la fréquentation de leur service. La France Agricole apparait ainsi avec 180 000 visites mensuelles et 70 000 visiteurs.

L’ensemble des sites de Terre-net Média représentent 700 000 visites et 330 000 visiteurs mais non dédupliqués, loin des chiffres observés pour Pleinchamp dont l’audience déborde largement en dehors des agriculteurs avec un service météo que le Crédit Agricole diffuse largement.

De même nous pouvons situer l’attraction des sites public du secteur comme la MSA, le site du ministère ou TelePac en janvier.

A noter les 85 000 visites (100 000 environs en réel) d’AGRAM, 1er site de vente direct agricole parmi la quarantaine des site de vente que nous avons répertoriés (voir notre annuaire) , confirmant ainsi la place primordiale du machinisme dans les préoccupations des agriculteurs.

Nous avons la confirmation que la concurrence qui s’est accentuée sur les petites annonces de matériels ses 2 dernières années, n’a pas entamée la suprématie d’AgriAffaires (l’ensemble des 249 000 visites des 5 sites concurrents  représente moins de 14% du trafic du seul site Agriaffaires, 16% si l’on prend seulement le trafic français.)

Le rapprochement des chiffres de l’OJD et de ceux de Google mets en évidence une minoration de 10 à 20% du nombre des visites données par Google. (1 800 000 contre 2 200 000 pour Agriaffaires, 100 000 contre 110 000 pour Agriavis et 84 000 contre 98 000 pour Le MAG).

Ces visites ne sont pas forcément toutes du fait des agriculteurs. Pour les grands portails généralistes il s’agit de l’ensemble des visites; certaines rubriques étant très fréquentées d’autres beaucoup moins. Seule une enquête représentative auprès des Agriculteurs (comme Agrinautes êtes vous innovateurs ?) permet de préciser l’audience réelle des différents services (rubrique par rubrique) de chaque éditeur auprès des exploitants agricoles.

Merci à e-median pour son aide pour cette analyse.

Deux applications agricoles pour téléphone mobile sur le portail national « Proxima mobile ».

Vendredi 12 février 2010

Proxima Mobile

Proxima Mobile est le premier portail de services d’intérêt général gratuits accessibles sur les téléphones mobiles.

Il sera lancé officiellement le 18 février prochain à la Cité des Sciences et de l’Industrie par Nathalie Kosciusko-Morizet, et Bernard Benhamou.

Parmi les 64 applications retenues en octobre dernier figurent deux services pour le secteur agricole, l’un dans la catégorie Droit et consommation

pour la vente directe et l’autre dans la catégorie Développement durable pour les conditions d’utilisation des traitements phyto.

La première « Plateforme d’achat de produits locaux » est développée par la société SEALOG et permet de mettre en relation des producteurs locaux de fruits et légumes (ou d’autres produits frais) avec les consommateurs de ces produits. Ce service permet ainsi de « gérer les commandes et les stocks bien que les produits soient fournis par plusieurs producteurs, sans comptabilité commune ». Une reprise en sorte du modèle de la Binée Paysanne sans la logistique.

La secrétaire d’Etat Nathalie Kosciusko-Morizet, devrait présenter le premier service d’ISAGRI sur mobile : un outil d’aide à la décision pour l’utilisation de pesticides en fonction des conditions météorologiques locales avec planning d’alerte et gestion raisonnée environnementale.

ISAGRI avait déjà développé en 2008 pour ARVALIS une application « arvalis.mobi » sur les conditions d’utilisation des mélanges de produits phytosanitaires accessible par mobile mais sans interface tactile.